Exemple d’une pratique magique avec le feu et une divinité.

Pour expliquer un peu, on doit déjà définir ce qu’on veut dire par magie. La magie n’est pas l’illusionnisme.

Je n’ai pas l’intention de donner de définition intellectuelle de la magie. Elle n’est pas du ressort du mental.

C’est une façon d’utiliser l’aspect astral de la nature. On peut dire l’aspect occulte du principe de l’agriculture. On plante des graines, la puissance de la nature, le corps astral de l’univers, travaille à matérialiser la plante. Dans le cas de rituel magique, à manifester une programmation dans le champ matériel.

Ceci ne peut se comprendre que par les différents plans de la réalité.

Le fait d’utiliser la propriété de l’astral de la nature, ne veut pas dire que la force invoquée est d’origine astrale. La divinité par exemple réside dans les plans au-delà du mental, dans les « cieux spirituels ».

La prière telle qu’effectuée dans les religions, est du même ordre.

On appelle un pouvoir supérieur pour qu’il agisse sur les couches astrales, ethériques et physiques du monde. La prière est un acte magique, si elle est effectuée en conscience.

Les miracles n’existent pas, parce que dieu n’intervient pas dans le sens religieux.

Dieu est un concept, pour désigner le tout. Il est composé de différentes couches, de la matière à l’esprit. L’esprit suprême n’agit pas, car il est l’esprit de tout. Par contre c’est possible de déplacer l’énergie d’un plan vers un autre. C’est ce que les gens religieux nomment un miracle, quand une force de l’esprit modifie soudainement l’astral de quelque chose, et cela modifie l‘etherique puis le physique.

Les termes physiques ou métaphysiques sont trompeurs, parce que les forces sont concrètes. Ce qui est derrière les apparences, ce sont des forces concrètes et denses.

Dans la vidéo, on ne voit pas bien, mais la flamme d’une bougie ordinaire reliée à un pouvoir, peut monter et monte souvent jusqu’à un mètre de haut.

Dans les rituels de shinto, les shamans qui font un ciel de papier, soit des figures de papier mises au plafond, et effectuant un rituel du feu, le feu monte jusqu’à la limite du papier, sans le brûler.

Ce n’est pas extraordinaire, mais des choses qui arrivent constamment pratiquement à chaque rituel. Je fais la même chose avec des divinités ou des saints chrétiens, ceux avec qui ont a un contact réel. A noter que la nature des divinités ou d’un saint est importante. Ceux qui effectuent des rituels avec des divinités maléfiques, peuvent être contrés avec un saint puissant ou une divinité de protection. Pour une vision du christianisme ésotérique, je conseillerais le livre du Dr Christian Rozier « les puissances invisibles », un rare occultiste français ni raciste ni sectaire.

mXwIhW4mRxdCTSWmjL4nGTA

Izuna Daitengu, est une divinité de l’agriculture, devenue une divinité protectrice des guerriers au Japon. Au Japon toutes les montagnes sont sacrées, et quand on perçoit la réalité, on sait qu’il y a des forces de la nature. L’esprit des montagnes est un pouvoir spirituel, qui fertilise les vallées, et donne la nourriture aux êtres vivants. Ils est aussi un corbeau dieu spirituel.
Le propos de cette page n’étant pas de donner tous les détails sur les divinités, mais de donner une idée de ce que sont des rituels et leur relation avec le monde et la nature de la réalité.

La couleur noire des bougies n’a rien à voir avec le bien ou le mal.

Le noir est lié à la planète Saturne et c’est la couleur de la protection.

Les rituels de protection se font sous le signe de la planète Saturne, raison pour laquelle le plomb est efficace pour le désenvoûtement . Chaque jour de la semaine correspond à une planète, les planètes représentent les forces de l’univers.  C’est terrible que tous les gens en occident vivent en suivant ces principes, sans le comprendre. Si ils le comprenaient, ils sauraient qu’ils sont reliés à l’univers et à ses forces fondamentales, et n’auraient pas les sentiments de séparation d’avec le cosmos. De là ils auraient plus de respect pour la vie, et ne détruiraient plus la nature.

Chaque jour de la semaine correspond à une planète, lundi signifie le jour de la lune (Monday en anglais de même), Mardi jour de mars, mercredi jour de Mercure, jeudi le jour de Jupiter, vendredi le jour de vénus , samedi le jour de Saturne, dimanche le jour du soleil.

Les planètes correspondent à une couleur, un métal, des pierres etc… qu’on appelle signatures astrales.

Les anciens avaient la connaissance des forces de l’univers, et ils ont codifié la connaissance des cycles de la nature (univers) dans des arts comme l’astrologie. Bien que ce soit utilisé de mauvaise manière actuellement par les charlatans.

On peut connaître l’origine d’une religion moderne en voyant son jour sacré. Exemple, ceux qui considèrent le dimanche comme jour sacré vénèrent le soleil. Les catholiques ont basé leurs fêtes sur le culte de Mithra, qui est le soleil.( Jésus est le soleil, et les douze apôtres les douze signes du zodiaque, qui représentent les types humains et les forces qui les construisent).  Le christianisme est le culte de Mithra, moins la connaissance, c’est-à-dire un culte inconscient. Ceux qui ont pour jour sacré le samedi vénèrent en fait la force de Saturne, ce qui correspond bien au caractère du dieu d’Israël. Ceux dont le jour sacré est vendredi vénèrent Vénus. Effectivement les anciens arabes pratiquaient le culte de la déesse vénus sous la forme des 3 déesses. La déesse avait trois aspects, et non pas vraiment trois déesses, mais trois aspects d’une déesse. (qui règne sur trois dimensions physique, astral, mental, et les 3 temps du mental, présent passé futur). On retrouve ces trois déesses sous divers noms et diverses mythologies, comme les 3 nornes, les déesses qui tissent l’univers dans le shinto etc…

Ces symbolismes ne sont pas arbitraires, on les trouve aussi chez les Mayas. Les Mayas actuels pratiquent une connaissance des cycles du soleil, comme tous les anciens peuples le connaissaient.

Au Japon on retrouve les mêmes connaissances dans l’Onmyodo.

(Tradition qui synthétise les concepts du shinto, du bouddhisme ésotérique et du taoïsme).