Casser du Guru

Je met pour infos ce PDF    cliquer sur ce lien qui, écrit par un psychiatre ex disciple d’Anandamayi (une sainte hindoue célèbre non contemporaine), tend à démontrer que Amma, ou de son vrai nom Sudhamani est atteinte de névrose et psychopathe. Ceci déclenché par un livre d’une de ses diciples qui a raconté ses expériences négatives avec Sudhamani.

Je ne mets pas cet exemple pour le soutenir, simplement pour faire réfléchir. Le problème est que la plupart des gens ont besoin d’autorité, que ce soit guru, psychiatre, ou autre chose.

Je pense que le problème est déjà que le psychiatre parle de croyance et changer de croyance. Un être sain d’esprit, devrait expliquer que la croyance est inutile, et qu’on a besoin de connaissance. La psychiatrie, la pseudo psychologie, et le reste ne sont que des croyances, c’est à dire des partis pris. Je citerai seulement l’adage soufi , on ne connais pas la vérité, on devient la vérité. On ne connais que ce qu’on est capable d’être. Il ne pensait pas comme cela quand il a rencontré Amma, seulement après avoir lu un livre sur elle. Pourquoi ?

Je voudrais  commenter un des prémices de ce texte, et de son décalage avec le réel : 

Les enjeux sont importants : de nombreuses personnes s’engagent à vie avec Sudhamani, y compris des jeunes qui sacrifient une formation professionnelle et une vie de famille normale. Est-ce qu’elle mérite vraiment cette consécration ? La question est décisive, et le livre de Gail nous donne des éléments renouvelés de réponse. Soyons clair d’emblée : si Gail a raison, Sudhamani ment, et si c’est le cas, elle perd automatiquement son autorité de maître spirituel.

On pourrait dans ce cas joyeusement attaquer toutes les religions qui sont basées sur des mythes, qui sont présentés comme des faits réels et historiques, à commencer par les mythologies chrétiennes, musulmanes, bouddhistes, etc… qui présentent la vie de leurs fondateurs parsemée de miracles improbables et en général délirants.

Il dit que prétendre être réalisé si on ne l’est pas est le pire des péchés. En réalité la réalisation dont il parle est un mythe.

J’ai connu plusieurs soi disant « réalisés », qui disaient eux même qu’ils n’y croyaient pas, que cela n’existe pas. Mais ce sont les disciples qui créent ces mythes.

On pourrait aussi citer le passages de l’évangile dans lequel Jésus maudit un figuier parce qu’il ne donne pas de fruits à une époque ou l’arbre n’est pas sensé en donner. Que dire sur l’état mental d’une personne qui aurait une telle attitude ?

Il est un fait que les disciples vénèrent une image de leur guru et non la personne elle-même. Mais suivre une autorité comme si c’est un être divin, ce qui est constant dans les religions, consiste à renoncer à la réalité elle-même, pour remplacer la spiritualité par une émotion dévotionnelle. Il s’agit de non spiritualité, d’une illusion.

J’ai bien connu plusieurs gurus et des vrais êtres spirituels. Les disciples ne peuvent savoir que ce qu’ils ont eux  comme capacités extra sensorielles et réalisation. Je dirais que pour mon point de vue, je n’ai pas besoin de lire un livre pour savoir qui est qui.

Ce texte est très naïf. Cet homme ignore la réalité des choses , que la religion est toujours liée à la politique. J’ai connu un véritable Guru, qui avait un niveau spirituel réel, qui a été victime d’un complot politique. Il a été jugé sur de fausses preuves entièrement montées, et condamné. Il  a été torturé en prison, et il est décédé toujours en prison au bout de 14 ans de persécution. J’ai pourtant la preuve qu’il était un véritable gourou, réalisé si l’on veut utiliser ce mot. Je pouvais communiquer avec lui à distance spirituellement et aussi par courrier. Mais il n’avait pas d’appuis politiques, hors en Inde ni ailleurs, nul ne peut réussir sans protection politique. Car le monde est controlé par les Asuras, comme l’avait dit Sri Aurobindo et d’autres vraiment conscients.

Je ne crois pas qu’un psychiatre, et j’ai des amis psychiatres, je connais leurs problèmes psychologiques, soit compétent pour évaluer un être supposé spirituel.

Sauf si c’est le maitre soufi qui était aussi psychiatre Le docteur Javad Nurbaksh : Cliquer sur le lien

Quand un journaliste lui a demandé, en tant que maitre soufi, et psychiatre ce qu’il en pensait, il a répondu : les psychiatres ne savent RIEN ! Avant d’éclater de rire.

Et je ne peux résister de vous mettre la vidéo de l’interview en question, qui date de la fin de sa vie. On voit tout de suite que c’était un vrai sufi. Ce qui ne signifie pas qu’il faut suivre un guru ou une organisation, ce que je déconseille ! on peut avoir des amis spirituels, mais des autorités, c’est se mettre soi même  en situation de dépendance. Sufi ne veut pas dire maitre, mais désigne un état.

Comme disait Raspoutine, il n’y a pas de saints sur la terre !

Quelques réponses traduites :

Tout ce qu’on dit avec des mots n’est pas le soufisme.

Ce qu’on dit du soufisme n’est pas le vrai soufisme.

Le soufisme est le rien, on doit devenir le rien pour comprendre le soufisme.

Le soufisme est quelque chose qu’on devient, non quelque chose qu’on apprend en écoutant.

A la question, quels premiers pas pour avancer, réponse : devenir un soufi.

Comment êtes vous devenu soufi ?

D’abord, je suis devenu fou, ensuite je suis devenu un soufi…

Ensuite il parle de son murshid, du Naf, et de l’ego…

Et ce n’est pas la peine que les gens sachent ce qu’est le soufisme…

Quelle différence entre un soufi qui est fou, et une personne folle ? Le soufi sait qu’il est fou, le fou ne sait pas qu’il l’est…

La folie dont vous parlez a t’elle un rapport avec l’anihilation de l’ego dans la divinité ?

Ce dont vous parlez n’a pas de rapport avec le soufisme…

A propos de votre travail comme psychiatre ?

Les psychiatres ne savent rien…

Mais alors que faisiez vous ?

et bien je suis devenu fou…

On peut s’adresser aux autres avec son ego ce qui est parfois utile, on peut aussi faire sans…

A propos du souvenir divin permanent pratiqué dans le soufisme.

Une chose est de devenir rien pour atteindre l’infinité, de l’autre devenir infinité pour connaitre l’ego…

Il y a différents chemins pour des gens différents …

Y a t’il différentes sortes de soufisme ?

Vous devez comprendre la voie qui est vraie, et celle qui est du business…

L’amour pour quelqu’un c’est que l’ego se transforme en l’autre personne (on devient l’autre)…

Dans l’histoire il n’y a pas je et l’autre, il n’y a que lui … (Dans le soufisme lui désigne l’être unique).

Qui est lui ? L’existence…

Mais l’existence, c’est dieu ?

Je ne peux pas répondre…

Les mots sont de l’intellect. Il n’y a pas de mots dans l’amour…

Vous parlez le langage de l’intellect, je parle celui du coeur, et nous ne nous comprenons pas…

Sur ses poèmes : celui qui  est devenu fou ne peut être compris de ceux de l’intellect…

Dans mes poèmes il y en a qui sont mes mots, et qui ne sont pas mes mots…

Dans le soufisme, il n’y a ni questions, ni réponses…

Le langage de l’unité, peut être compris par tout le monde…

Traduction  Copyright ©  Berserkir

Musique soufie d’Iran : Shahram Nazeri

Laisser un commentaire