Dessin animé japonais récupéré

Il y a 40 ans, un dessin animé japonais (fait d’après un roman anglais) a fait pleurer toute une génération d’enfants japonais. Je le tiens directement d’une japonaise, agée de 8 ans à l’époque.

En recherchant l’histoire sur le net, je la trouve sur Wikipédia, mais présentée comme une comédie américaine.

Hors aux Etats Unis, la fin de l’histoire, qui finit mal, avait été modifiée en Happy End !

il est intéressant pour moi de se demander au niveau culturel,  ce qui fait qu’un film japonais qui a marqué toute une génération d’enfants au Japon, a été trafiqué et modifié par les américains, et se trouve présenté comme une oeuvre américaine dans le temps présent.

Nello et le chien des Flandres.

Nello et le chien des Flandres (A Dog of Flanders) est une comédie dramatique américaine réalisée en 1999 par Kevin Brodie, d’après le roman de Maria Louise Ramé.

Le film raconte la triste vie d’un jeune garçon, Nello, et de son chien Patrache. L’histoire se déroule à Hoboken, près d’Anvers, en Belgique.

Au début de l’histoire, Nello, qui est orphelin, vit avec son grand-père Jehan. Le chien est alors le compagnon d’un mauvais maître ivrogne qui le bat. Un jour, le chien est battu comme plâtre par son maître et abandonné sur place, où Nello et son grand-père le découvrent. Ils le ramènent alors chez eux et le chien se remet lentement.

Le grand-père gagne leur vie à tous les trois en transportant dans sa charrette le lait des fermes voisines pour qu’il soit vendu à la ville. Mais il n’est plus tout jeune et c’est alors Nello qui emmène la charrette grâce à Patrache.

Une fois arrivés en ville, Nello reste souvent devant la statue de Rubens, peintre qu’il admire beaucoup. Son rêve serait de devenir peintre afin de ne plus souffrir de la misère.

Le jeune Nello se lie d’amitié avec Aloïs, la fille du meunier et il dessine son portrait avec brio. Le meunier veut lui acheter son dessin, mais Nello le lui offre. Malgré cette générosité, le meunier n’aime pas du tout Nello, le trouvant bien trop pauvre pour tourner autour de sa fille.

Nello décide alors de participer au concours de dessin de la ville, espérant ainsi rentrer dans les bonnes grâces du meunier et d’Aloïs. Mais un soir, le moulin est incendié et Nello accusé d’y avoir mis le feu. Il devient alors de plus en plus pauvre, car l’influence du meunier est forte et les gens refusent d’acheter son lait ou même de lui faire l’aumône. Jehan décède et Nello se retrouve dehors dans le froid de l’hiver, ne pouvant plus payer le loyer de sa misérable cabane.

Son dernier espoir est de gagner le concours, mais c’est un autre garçon de la ville qui l’emporte. Sur le chemin du retour, Nello trouve la bourse du meunier qui le déteste tant, mais Nello décide de lui rendre sa bourse. Nello en l’absence du meunier, rend la bourse à la femme du meunier, confie Patrache à Aloïs et sort discrètement dans le froid. Le meunier retrouvant sa bourse et après l’aveu de la servante sur l’incendie, change alors d’avis sur le garçon, et part à la recherche du garçon. Ne le trouvant pas chez lui, il sonne le tocsin et tout le monde se met à sa recherche.

Nello rejoint par Patrache se fait enfermer dans la cathédrale pour voir enfin l’œuvre de Rubens et Nello rêve ainsi au pied du tableau. Le lendemain matin, ils sont retrouvés morts de froid dans la cathédrale.
Voici la version originelle japonaise toujours actuelle

Laisser un commentaire