Aurobindo

                  Aurobindo. Voila quelqu’un de vraiment spirituel. Mais que reste t’il de son enseignement, dénaturé et récupéré par tous les allumés du new age et les sectes délirium. (aux capacités de penser trémens !)
Bien sur quelque chose qui est spirituel sera rapidement déformé et détruit, infiltré par les fameuses « forces adverses ».

Certains croient qu’ Aurobindo (Sri) était un guru ou un philosophe hindou. Il a bien essayé de s’exprimer de façon intellectuelle, en utilisant la philosophie (la vie divine), la poésie, les aphorismes…
Bref. Je connais bien les origines des enseignements qui ont été structurés en partie grâce à Mirra Alfassa, qui était une grande shamane ainsi qu’un être très avancé. Maintenant on utilise le terme de shaman pour désigner des gens qui vont dans l’astral. Le shamanisme astral, ce n’est qu’une dimension. Assez illusoire.

J’utilise le terme dans un sens différent, celui qui voyage dans les différentes dimensions du monde et de l’Etre.

J’avais un copain qui avait une librairie ésotérique. Un passionné de sociétés secrètes et de livres rares zé mystérieux.

Un jour, je rentre dans sa librairie, et il me dit : « tiens, justement, je voulais te voir. Pour te demander ton avis sur une personne que j’ai rencontré il y a quelques temps, très étrange ! »
Il savait que j’avais des perceptions extra sensorielles et des capacités de discernement des forces spirituelles. Une capacité que j’ai longtemps après découvert qu’elle était bien connue dans le shinto et le shamanisme japonais sous le terme de Saniwa.

La personne en question était une dame très âgée, qui dirigeait le restant de ce qui avais été le fameux groupe cosmique dont parle Mirra dans les agendas de Mère de Satprem.(qui a malheureusement fini parano).
Elle faisait descendre une force très dense durant des séances de méditation, qu’ils nommaient « repos de passivité ».
Le jargon utilisé datait du dix neuvième siècle, et rendait l’ambiance encore plus surréaliste et décalée.
Bref, la dame m’a aussitôt adopté après une méditation, car elle suivait le parcours des gens de façon occulte et voyait où ils allaient pendant le « repos de passivité » grâce à ses pouvoirs.
Elle commença à m’enseigner que j’étais un involutif, un ancien initié qui n’avait pas trouvé d’endroit favorable pour se réincarner ! (elle ne savait pas si bien dire, si elle avait connu ma mère !) Dans la philosophie occulte du groupe cosmique, qui est le descendant de la Fraternité de Louxor de Max Théon, involutif désigne un être réalisé qui revient dans le monde pour aider les autres à « évoluer ».

La dame ne voulait plus me lâcher et me nomma comme son bras gauche (elle avait déjà un bras droit).
Pour ce qui me concernait à cette époque déjà fort lointaine, j’étais à la recherche du « supramental », la fameuse force spéciale que décrit Aurobindo (sri) comme étant la nouvelle énergie qui permettra à l’humanité de se libérer de ses chaînes.
Et qui serait différente de ce que les anciennes traditions spirituelles connaissaient jusque là.
A cause de la densité étonnante de la force que cette dame âgée faisait descendre, j’avais décidé d’éclaircir pour moi-même la nature de cette force afin de vérifier si cela pouvait être le fameux « supramental ».
J’en était venu là suite au fait qu’ayant des expériences spirituelles et occultes depuis ma petite enfance, j’ai commencé à chercher vers 17 ans à comprendre ces choses qui m’arrivaient constamment, et n’ayant aucune possibilité d’en parler à personne autour de moi ni dans cette société occidentalo matérialiste, j’avait commencé à étudier les traditions de l’Inde.
A l’époque, Jean Herbert, qui était un disciple d’Aurobindo, avait reçu de lui la mission de transmettre son enseignement en occident. C’est pour cela qu’il avait créé la collection « spiritualités vivantes » qui pour la première fois donnait des informations sur les cultures spirituelles d’orient.

Bref, j’étais engagé dans une quête qui m’a amené à expérimenter le nirvikalpa samadhi à l’âge de 23 ans.
A partir de cette expérience, dont je ne veux pas entrer dans les détails ici, se posait la question du sens de l’individualité et de la vie sur la terre. Personne ne parlait évidemment de cela, sauf le Sri Aurobindo qui décrivait bien le problème.
Ce type de problématique ne concerne pas grand monde, vu que la plupart des gens n’imaginent même pas que le nirvilkalpa samadhi pourrait exister, et ceux qui en parlent n’ont en général aucune idée de ce dont ils parlent.
La dame âgée me donna des documents et la photo de Max Théon qu’elle avait dans ses archives. Mais elle ignorait ce que pouvait être le nirvilkalpa samadhi, ceci étant inconnu de sa tradition.

99d679f783f13023cb21042a5765d2ae

Max Théon, ou Aia Aziz (la puissance suprême, le nom modeste qu’il avait endossé à Tlemcen !)

Aurobindo décrit les états de conscience en termes de physique, vital, mental, surmental et supramental. Au-delà régne le monde du Paramatman ou Maha Purusha.

sri aurobindo

Sri Aurobindo (Sri est un terme de respect)

Ces dimensions proviennent de la tradition hindoue révisée, et en partie de la tradition cosmique de la Fraternité de louxor.

La Fraternité de Louxor était considérée comme le nec plus ultra des sociétés initiatiques de son époque. Tous les leaders du milieu occultiste français ambitionnaient de l’intégrer. Mais Max Théon ne supportait pas ces occultistes dans leur mentalité, et leur en refusa l’accès. Il dissout l’ordre et partit en Irlande où il avait eu la vision que son âme sœur résidait. Il rencontra là bas madame Théon, une poétesse irlandaise et grande sensitive, grâce à qui il continua d’explorer les mondes invisibles.

Les sociétés rosicruciennes occidentales sont majoritairement le résultat du refus de Théon de laisser entrer les occultistes français de l’époque dans la Fraternité de Louxor. Du coup ils ont inventé le rosicrucianisme, qui est soit catholique soit protestant, selon les pays. Théon était quand à lui juif issu du milieu du Hassidism polonais et kabbaliste.
Si vous faites abstraction des histoires et du revêtement mythologique qui enrobe la philosophie du groupe cosmique, vous pouvez reconnaître les classifications de l’arbre cosmique de la cabbale hébraïque.

Voici un extrait d’un texte de Pascal Themanlys, un des principaux disciples, citant Max Théon :

« La Tradition enseigne que les sept Attributs ou qualités inhérentes d’Adonaï furent manifestées dans la région intermédiaire entre les Ethérismes et les Matérialismes, dont la Terre et les autres mondes célestes aux constituants semblables, forment la partie la plus dense. « Ainsi, dans le vaste et magnifique ordre cosmique, les forces manifestées de l’Impénétrable et Indivisible perméent toute la substance depuis la plus radiante et la plus raréfiée jusqu’à la plus dense, en proportion de sa capacité variée de réception et de responsion. « La capacité de réception et de responsion de chaque être individuel est proportionnée à son évolution ou développement. La connaissance que les mêmes forces sublimes, glorieuses et bienfaisantes sont en nous et autour de nous, et que chaque pas dans la voie de l’évolution nous unit plus étroitement au Divin Habitant et à l’Etre Universel, qu’il n’y a aucune barrière ou limite à notre perfection individuelle, parce que nous sommes capables d’être le vêtement et la manifestation de la lumière céleste, est extrêmement exaltante. »

Il y avait des mots inventés, parce que le langage ordinaire ne peut pas exprimer les perceptions dans les plans subtils.
Le langage était prétentieux, emphatique et compliqué, mais ils avaient des vraies expériences des plans cachés de l’univers.
J’ai étudié ce groupe pendant une année, et l’ai quitté après que la dame m’ait expliqué son plan occulte. Me considérant comme un initié réincarné de l’antiquité, elle me confiait des secrets cachés aux évolutifs, c’est-à-dire aux disciples en évolution.
J’avais découvert que le symbole d’Aurobindo dessiné par Mira Alfassa, était le symbole du groupe cosmique, légèrement orienté différemment.

0ae89308dc9d9ffbd6b76837871bbf5e

Mirra Alfassa dans sa jeunesse.

Elle deviendra la mère d’ashram en Inde, et la partenaire spirituelle de Sri Aurobindo.

Voici deux Mantras (formules mystiques) données par Aurobindo pour se connecter avec la divinité, et avec sa force spirituelle et celle de la Mère.

La pratique vaut mieux que tous les Blablas…

OM ANANDAMAYI  CHAITANIAMAYI SATYAMAYI, PARAME.

(prononcer paramé).

Ce qui veut dire, en gros, invocation à la mère de félicité, la mère de conscience, à la mère de Vérité, Suprème !

Un autre mantra, plus personnalisé : OM SRI AUROBINDO MIRRA.

Laisser un commentaire