Les différents types de Dragons

Nine-Dragons1

九龍圖卷 (陳容) Artist: Chen Rong, Chinese, Première moitié du 13 ème siècle Song dynastie 1244.

Photo : Wikipedia

Dans la mythologie chinoise et japonaise, le dragon est étroitement associé au domaine aquatique, et dans l’art, il est souvent entouré par l’eau ou les nuages. Dans les mythes, il y a quatre rois dragons qui règnent sur les quatre mers (qui, dans l’ancienne conception chinoise limitent la terre habitable).

En Chine, une cinquième catégorie de Dragon a été ajoutée à ces quatre, pour un total de cinq types de dragons :

  • Les dragons célestes qui gardent les demeures des dieux. Certainement qu’à l’origine, il représentaient les dieux eux mêmes. Leur statut ayant été rétrogradé après l’introduction du bouddhisme.

On pourrait penser qu’ils représentent les différents Mitamas de l’univers, si on analyse selon le Shinto ancien.

  • Les dragons spirituels qui gouvernent le vent et la pluie, mais peuvent aussi causer des inondations.
  • Les dragons de la Terre qui nettoient les rivières et les profondeurs des océans.
  • Les dragons gardiens de trésors, qui protègent les métaux et les pierres précieuses.
  • Les dragons impériaux : dragons avec cinq griffes au lieu des quatre habituelles.

En Chine, les traditions de  dragons existaient depuis des siècles avant l’introduction du bouddhisme. On trouve des objets en bronze et des morceaux de jade des dynasties Shang et Zhou. (16 – 9ème siècles avant JC) représentant des créatures de dragon. Depuis au moins le 2ème siècle avant JC, les images du dragon sont trouvées peintes fréquemment sur les murs des tombes pour dissiper le mal. Le bouddhisme a été introduit en Chine dans le courant du 1er et 2e siècles de notre ère. (note: le Japon antique n’avait pas d’écriture, il est donc impossible de savoir si il existait de façon native les traditions de dragon, mais elles existent chez tous les anciens peuples).

En Inde, le berceau du bouddhisme vers 500 avant J.-C., Les serpents pré-bouddhistes ou créatures serpentines , connues sous le nom de Naga ont été intégrées dès le début dans la mythologie bouddhiste.

Décrits comme  des esprits de l’eau avec des formes humaines portant une couronne de serpents sur la tête, ou comme des êtres serpents ressemblants à des nuages, les Nagas sont parmi les huit classes de divinités qui adorent et protègent le Bouddha historique.

Après que le Bouddha historique (Siddhartha  Gautama) ait atteint l’illumination, le Roi Naga  Mucilinda est dit avoir protégé Siddhartha contre le vent et la pluie pendant sept jours.

Ce motif se trouve souvent dans l’art bouddhique de l’Inde, représenté par des images du Bouddha assis méditant sous Mucilinda.

Nāga (sanskrit: नाग, NAGA, IPA: [nəɡá], birman: နဂါး, javanais: NAGA, khmer: នាគ neak, thaï: นาค nak, chinois: 那伽, tibétain: ཀླུ་, Bengali: নাগ) est le terme sanscrit et Pāli  désignant une divinité ou une classe d’entités ou d’êtres, en prenant la forme d’un très grand serpent, spécifiquement le roi Cobra,  trouvé dans l’hindouisme et le bouddhisme .

Lorsque les écritures bouddhistes ont été traduites en chinois, « naga » a été rendu en chinois par « dragon ». Les dragons sont l’une des huit sortes d’êtres non humains connus pour être les gardiens ou protecteurs du bouddhisme. Les dragons figurent surtout dans les traditions populaires et le taoïsme, servant souvent de véhicule pour les immortels (pour la Chine).

Au 9ème siècle après JC, les Chinois avaient incorporé le dragon dans la pensée bouddhiste et l’iconographie comme dharmapala ou protecteur du Dharma. Ces traditions ont été adoptées par les Japonais (le bouddhisme étant arrivé au Japon vers le 6ème siècle après JC).

En Chine et au Japon, le caractère pour « dragon » est souvent utilisé dans le noms des temples, et des sculptures de dragon ornent de nombreuses structures des temples.( on nomme temple, les lieux de culte bouddhistes, et santuaires les lieux sacrés shinto).

Le dragon est un des plus ancien archétypes du Shinto, et des santuaires lui sont toujours consacrés.

Dans le bouddhisme, l’ennemi mortel du dragon est le Phoenix, ainsi que la créature homme-oiseau connue sous le nom de Garuda ou Karura.

Contrairement à la mythologie occidentale, les dragons asiatiques sont rarement dépeints comme malveillants. Bien que redoutables et puissants, les dragons sont également considérés comme justes, bienveillants, et comme porteurs de la richesse et de la bonne fortune. Le dragon est également considéré comme pouvant changer de forme, il peut prendre forme humaine .

En Chine, au Japon et dans l’Asie du Sud-Est, les serpents dragons sont des divinités des eaux et des créatures bénéfiques qui habitent les mers, les rivières, les lacs et les nuages ​​et ont des qualités similaires à celles du naga Indien, ce qui signifie serpent.

Ils sont principalement bienveillants et dits avoir différents pouvoirs, tels que la capacité de provoquer la pluie. Ils sont également considérés comme les dépositaires de la chintâmani.

( La cintāmaṇi (chintâmani) ou joyau miraculeux, peut satisfaire toutes sortes de besoins matériels, guérir les maladies et purifier l’eau. Il peut être obtenu auprès des nagas, rois dragons. D’où les mythes de la Vouivre, femme serpent, qui porte un joyau sur le front, issue de la tradition celte, toujours représentée dans la culture européenne. La Vouivre est la déformation du terme druidique NWYVRE, qui désigne l’énergie de la terre et le plan éthérique (physique subtil). Le serpent étant rampant, était considéré comme un être qui accumule la force tellurique, et la représente. Il métaphore de la force étherique, ou élément terre, et non air comme le croient à tord les néos druidistes. Aramitama en shinto japonais, qui est le corps étherique. Nigi Mitama étant le corps astral et le plan qui correspond, l’élément eau. Comme on a vu, les dragons représentent dans la Chine ancienne, les points cardinaux et les 4 éléments , puis ils ne représentent plus que la direction EST et les éléments Bois et eau dans la médecine chinoise taoiste).

Dans leurs royaumes sous la mer, les dragons gardent des trésors, tels que des bijoux et des textes sacrés.

Laisser un commentaire