Les origines non indo européennes des celtes

L’origine des concepts utilisés chez certains néo pagans .

Chez la plupart des gens qui s’intéressent aux divinités celtes, on trouve un langage fascisant issu de l’historien d’extrême droite Dumezil.

Les celtes gaulois n’ont rien à voir avec ces conceptions, vu qu’ils n’avaient pas de hiérarchies, et conservaient une organisation clanique et tribale, qui se refusait à l’assimilation dans un système royaliste ou centralisé.
Quand aux vikings , ils étaient nettement libertaires et anarchistes.
Lors de l’arrivée d’un drakkar dans un port étranger, le maire de la ville demanda à des vikings en train de débarquer : où est votre chef ? Ils répondirent : nous n’avons pas de chef, nous sommes des hommes libres !

Les gaulois n’avaient pas de rois, mais des chefs de clans, comme Vercingétorix. On cite à tord que le suffixe « RIX » signifierait roi. Dans ce cas, il désigne seulement le fils d’un chef de clan.
La société gauloise était de type fédération de tribus.
De plus, elle était matrilinéaire. Ce qui va à l’encontre des croyances que véhiculent les extrêmes droiteux, qui présentent les gaulois avec des valeurs typiquement militaro romaines, comme hierachisés, patriarcaux etc…

On sait que les gaulois pratiquaient le mariage à l’essai, ce qui démontre une liberté sexuelle et une indépendance des femmes, et de plus, en cas de séparation, la femme gardait la maison et le patrimoine. Ce qui est en totale contradiction avec les croyances habituelles des groupes fascisants, qui parlent de civilisation indo européenne.
Cette idée de civilisation et de peuple indo européen, est une absurdité, mais on continue d’entendre ces mensonges, qui ont la même origine que les idées sur les ariens de Hitler.
Les ariens existent et ce sont des tribus perses iraniennes, qui n’ont aucun rapport avec les peuples nordiques.
Ces mythes ont été créés par des gens psychorigides qui rêvent d’une société totalitaire imposée à toute l’humanité.

Les données archéologiques confirment ma thèse :

Autre remise en question par voie de conséquence : celle du peuplement celte, situé vers 500 av. J.-C. en Gaule dans la théorie classique. Ce peuplement serait en fait bien antérieur. On observe en effet des traces d’une culture pré-celtique homogène vers 2500 av. J.-C. dans une large zone qui va de la Bretagne à l’Europe centrale. Elle se caractérise par une forme très particulière de poteries, ce qu’on appelle les vases campaniformes, et ce aussi bien en Irlande qu’aux Pays-Bas, en Espagne ou en Hongrie. La toponymie (les noms de lieux) confirme aussi cette hypothèse. Les Proto-Celtes semblent bien avoir évolué tout seuls, sans qu’il soit question de migration ou d’invasion. Vers 2500 av. J.-C., c’est l’âge du cuivre qui se généralise (alors que l’image traditionnelle des Celtes est liée à celle du fer), on invente la roue à rayons, on utilise le cheval comme animal de trait et comme symbole du pouvoir, les réseaux d’échanges se développent. A l’époque du bronze moyen (1600 av. J.-C.), des entités territoriales se dessinent nettement, les réseaux d’échanges se font beaucoup plus larges, dans un grand complexe culturel nord-alpin. Au VIIIème siècle av. J.-C., c’est l’âge du fer, et les Celtes redeviennent plus conformes à l’image que nous en avions.
On remarquera que dans cette hypothèse, la culture des mégalithes (Carnac, Stonehenge…) est liée à celle des Proto-Celtes. La Bretagne peut se satisfaire de voir son histoire renouer avec sa préhistoire.

Voir un bon texte contre les idées reçues stupides sur les gaulois : Les druides ne constituaient pas une caste à part, ils n’étaient en cela semblables ni à Panoramix ni aux prêtres actuels. Ils pouvaient être aussi bien chefs politiques que guerriers :
cliquer ici le lien

Ce qui va dans le sens de mes recherches, chez les anciens peuples, comme les indiens Hopis, les japonais shinto, dont les traditions spirituelles sont plus proches de celles des gaulois, il n’y a pas de sens de vanité religieuse, un sens indispensable pour constituer une classe religieuse. Les vrais prêtres anciens étaient des humbles shamanes, qui avaient conscience des puissances invisibles et de l’interdépendance des êtres vivants et des esprits, et ne cherchaient pas de rôle social, mais utilisaient leurs capacités paranormales pour servir les divinités et aider le peuple.

L’archéologie montre aussi que la caste des druides, n’existait pas, car si tel était le cas, on aurais retrouvé des tombes de druides. Il n’en existe pas. Il y a des tombes  de « rois » et « reines » gaulois, mais aucune tombe dans laquelle on pourrait trouver des objets rituels caractéritiques d’une classe sacedotale, qui si elle existait, aurait été enterrée  à l’écart du peuple, avec des rites funéraires distinctifs.

Ma thèse personnelle étant que les gaulois avaient une culture quasi matriarcale et féministe, est aussi confirmée par la découverte en 1953 de la tombe de Vix, où le corps de la prêtresse et chef du clan est une femme. Ceci nous rappelle les histoires sur le Japon ancien , qui était gouverné par des jeunes femmes shamanes, comme la reine Himiko.

En tout cas, cela détruit les thèses qui présentent les gaulois comme un peuple patriarcal.  (La majorité des tombes « princières » sont féminines dans le Centre-Est de la France à la fin du premier âge du Fer).

Faun est un groupe allemand, jouant de la musique médiévale, celto asatru inspirée de la nature. Ils utilisent de nombreux instruments traditionnels, flutes, harpes celtiques, La nyckelharpa suédoise, la vièle , les cornemuses, la cithare. Et le chant.
Les textes sont interprétés le plus souvent en différents dialectes germaniques comme le haut allemand, le moyen allemand occidental et oriental, le vieux norrois… mais on y décèle également du latin, hongrois, finnois, judéo-espagnol, et ancien français :

Laisser un commentaire