Reflexions sur le Hoodoo traditionnel

Certains enseignent que le HOODOO est pratiqué avec des saints chrétiens, mais en réalité il est originaire du milieu des afro américains qui étaient protestants baptistes. Il n’y a qu’un petit pourcentage, 2 à 4 pour cent d’afro américains catholiques, qui sont concentrés dans certaines régions. Parmi ceux qui étaient en région plus catholique, il y a plus de mélange d’influences du Vaudou Haitien, comme à New Orleans.

Pour les anciens Rootworkers, cependant, les psaumes, la bible étaient des forces magiques, et des talismans puissants. De même les traditions liées à Moïse. Ceci provient de l’ambiance protestante dans laquelle l’ancien Hoodoo s’est construit, adoptant un grand nombre de pratiques de magie populaire de différentes origines.

Comme les 6èmes et 7èmes livres de Moïse, qui sont des grimoires cabalistiques, utilisant des tables et des sceaux destinés à invoquer les génies planétaires et les anges des éléments.

Ce qui caractérise le Hoodoo, c’est surtout l’application de principes magiques, indépendamment des croyances religieuses, qui sont elles mêmes utilisées de façon pragmatique pour leur propriétés magiques.

Les esprits des morts sont considérés comme saints par les baptistes, et sont donc plus importants dans le Hoodoo, qui n’est pas basé sur le culte des saints catholiques, comme le sont le vaudou haitien et la santeria, qui ont utilisé les saints catholiques comme moyen de camoufler leurs divinités africaines, dont le culte était interdit par les colons blancs.

Actuellement, il y a une certaine confusion sur ces sujets, aux USA, à cause de l’introduction chez des pratiquants du rootwork de divinités provenant de la Santeria par l’immigration des latinos américains ou des curanderos mexicains, qui pratiquent le culte de la Santa Muerte.

Cependant la Santa Muerte selon mes expériences, n’est en fait pas une entité spirituelle, mais une force des plans astraux inférieurs. Je m’en suis rendu compte par expérience, alors que je croyais au départ qu’il s’agissait d’une réactualisation d’un culte de la divinité gardienne des âmes de la tradition aztèque. Mais lorsque j’ai fait des expériences avec, je me suis rendu compte que si on consacre des bougies à un saint de niveau élevé, et que l’on allume une bougie à la Santa Muerte, la bougie du saint gardien rétrécit aussitôt, indiquant la présence d’une force ténébreuse ou d’un démon. J’ai pu aussi voir la Santa Muerte directement, car des mages noirs l’ont envoyée pour m’attaquer, mais c’était assez facile de la faire partir.

Les divinités et saints du Vaudou Haitien ne sont pas à utiliser dans le Hoodoo, car ils demandent une initiation au sein du Vaudoo Haitien, sinon ils risquent d’attaquer la personne qui veut les utiliser, ce qui est assez dangereux. Il ne faut pas oublier que le vaudou Haitien a été construit par les esclaves pour lutter et détruire l’esclavage, car les divinités d’origine africaines n’étaient pas assez violentes pour eux, pour les libérer.

Littéralement, lorsque l’on utilise des saints ou des divinités qui sont étrangères au Hoodoo protestant originel, on ne pratique pas réellement le Hoodoo, mais une adaptation de certaines techniques  et principes de Hoodoo à des pratiques magiques non traditionnelles. Et en fait les syncrétismes de toutes sortes sont possibles, à condition de conserver une conscience de la base. Personnellement, je suis plus intéressé pour revenir à une forme plus ancienne qui respecte le backround historique des anciens praticiens afro américains, sans avoir la prétention de pouvoir retrouver leur véritable culture et tradition.

Je suis fermement contre le pillage culturel, depuis longtemps.

Si on pratique le Hoodoo avec des saints catholiques, la pratique devient identique à la magie portugaise populaire, et la folk magic espagnole, ou brujeria. On pert le contact avec l’égregore typique du Hoodoo originel, pour entrer dans un autre type d’égregore.

 

 

 

Laisser un commentaire