Le danger des églises pentecôtistes en Afrique.

Une mauvaise information en ce qui concerne la sorcellerie, dans différents pays, est la source de crimes religieux.

Les mêmes phénomènes d’assassinat ont été constatés dans l’église orthodoxe en Roumanie et d’autres pseudo exorcistes officiels dans d’autres pays.

La sorcellerie est un phénomène qui a toujours existé, mais il n’y a pas de moyens pour des religieux de l’identifier.

Les croyances sur le sujet, ont des effets catastrophiques, notamment des assassinats de jeunes gens et d’enfants accusés d’être des sorciers.

Les religions ne peuvent pas avoir d’effet sur ces phénomènes paranormaux. La magie et la sorcellerie sont des méthodes de manipulation des plans subtils, en particulier de l’astral de la nature. Les religions n’ont aucune connaissance sur ce sujet.

Scotland Yard prévient que le type de crimes provenant des croyances religieuses à propos de la sorcellerie africaine ont augmenté dans des proportions alarmantes.

Les enfants sorciers sont une invention des sectes protestantes pentecôtistes, qui fanatisent les gens pour valoriser leurs croyances. Ceci n’a rien à voir avec les connaissances métaphysiques, la religion n’ayant aucun rapport avec les connaissances réelles du monde subtil.

Scotland Yard a annoncé avoir enquêté sur 83 affaires de violences sur des enfants liées à des croyances religieuses depuis dix ans. Le nombre de cas est en croissance constante sur cette période. Le grand public britannique a découvert ce genre de pratiques horribles en 2000 après les tortures qui conduisirent à la mort d’une petite fille africaine de 5 ans, Victoria Climbié. Sa tante et son compagnon croyaient qu’elle était possédée. L’année suivante, en 2001, la police retrouva dans la Tamise le torse d’un enfant de cinq ou six ans, apparemment victime d’un meurtre rituel.

Malgré quelques autres affaires hautement médiatisées en Grande Bretagne, la police estime qu’il ne s’agit que du sommet de l’iceberg. «Je sais que ce sont des cas qui sont sous-déclarés», a déclaré le superintendant Terry Sharpe, en charge de la lutte contre ce genre de crimes à la police métropolitaine de Londres. «Ce sont des crimes cachés. Nos renseignements venant des communautés concernées montrent que se sont des violences plus courantes que ce montrent les rapports officiels.»

Dans le cas des sévices infligés à Kristy Bamu à Londres, le tortionnaire Eric Bikubi était fasciné par le «kindoki», la croyance répandue dans plusieurs pays d’Afrique, dont la République démocratique du Congo dont il est originaire, selon laquelle des enfants sont des sorciers possédés par des démons. Plusieurs études ont montré que ce type de pratiques étaient liées à de nouvelles églises pentecôtistes de mieux en mieux implantées en Afrique, comme l’avait décrit le rapport de l’Unicef «les enfants accusés de sorcellerie».

cliquez sur le lien

Cliquez sur le lien rapport de l’Unicef

Pour une information concernant ce sujet, la sorcellerie au coeur de la république, écrit par un haut fonctionnaire à la cours des comptes :

La sorcellerie au coeur de la république

Il faut comprendre que les études ethnologiques sur la sorcellerie se placent sur un plan matérialiste et sociologique.

Elles ne peuvent différentier des croyances religieuses  des phénomènes réels et existant liés à la structure de la réalité, qu’ignorent les scientifiques matérialistes et les sciences sociales, qui sont en fait également des croyances théoriques sur la nature de la réalité.

L’occident se partage entre les croyances religieuses et les préjugés matérialistes, deux modes de pensée qui ne sont pas capables d’appréhender la nature de la réalité.

Comme dirait  Fox Mulder, « la vérité est ailleurs ».

2479651807_small_1

 

 

 

 

 

On voit bien, par exemple dans ce texte , que les ethnologues sont dans une logique absurde et une incompréhension totale des concepts liés à la sorcellerie : Malgré les variations des représentations sorcellaires, dans de nombreuses régions d’Afrique Sub‐Saharienne, la sorcellerie est perçue comme un pouvoir qui se trouve à l’intérieur du corps du sorcier. Ce pouvoir est décrit parfois comme une substance, un organe ou un animal inné, hérité,transmis ou acquis – volontairement ou involontairement. Dans le contexte d’Afrique Centrale il est localisé dans l’abdomen du sorcier. Cette substance sorcière11 appelée mangu (Evans‐Pritchard, 1937[1976]), djambe (Geschiere, 1995), evu(s) (Fernandez, 1961; Mallart‐Guimera, 1981; Laburthe‐Tolra, 1985), ikundu (Tonda, 2000) ou likundu , peut être inactive ou agir en dépit de la volonté de son propriétaire. Les représentations de sorcellerie uchawi au Sud de la Tanzanie combinent à la fois la capacité involontaire de nuire (Wilson, 1963) et la manipulation volontaire des pouvoirs dans des desseins nocifs (Green, 2005).

Parler ainsi montre simplement la confusion mentale des ethnologues. Les substances ne sont pas dans le corps physique, car la matière physique est un concept occidental, une projection mentale. Les africains ne sont pas censés adapter leur langage et leurs concepts pour éviter que les occidentaux ne partent dans des interprétations aussi délirantes.
Les descriptions des phénomènes paranormaux ne sont pas des erreurs d’interprétation des sensations physiques ou physiologiques.

Ce sont les concepts matérialistes qui sont des illusions qui entrainent des anomalies de la perception.
Les concepts matérialistes eux mêmes créent des forces egregoriques qui modifient les manifestation de la réalité.

La physique quantique a pourtant abordé ces thèmes depuis des années, et ceci semble être totalement  ignoré des ethnologues.

Il ne faut pas perdre de vue, cependant que les crimes dont parle Scotland Yard, n’ont rien à voir avec la sorcellerie africaine, mais sont commis par les chrétiens pentecôtistes, ou par des personnes qui sont sous l’influences des croyances de ces religions. Les médias parlent de crimes rituels, falsifiant ainsi les choses, on ne veut pas voir les choses en face, qu’il s’agit du danger des fanatiques chrétiens et non des cultes africains, avec lesquels les médias essaient de faire l’amalgame. (les médias en question étant formatés par le christianisme, ont des vues qui reflètent leur conditionnement religieux, même inconsciemment).

La sorcellerie n’est pas le problème réel, c’est la religion chrétienne et musulmane qui trompe les gens crédules en leur faisant croire des choses erronnées. Les adeptes des sectes chrétiennes fanatisés, commettent des crimes. Comme je l’ai déjà évoqué, ce ne sont pas seulement les adeptes de sectes pentecôtistes, mais aussi des adeptes de religions européennes. ( le pentecôtisme provenant des USA).

Les actes de protection à effectuer préventivement seraient donc de controler et si possible interdire les religions pentecôtistes, et dénoncer l’incompétence des religieux sur ce sujet.

La sorcellerie n’existe que suite à la destruction des traditions anciennes de guérisseurs , car dans les tribus il n’y a pas de sorcellerie, les mages et sages tribaux détruisent les véritables sorciers et protègent la tribu. Dans le monde moderne, la colonisation a détruit les traditions protectrices, et en conséquence, les religions des colonisateurs sont implantées dans les pays ex colonisés, afin d’établir un contrôle de la population que l’on ne peut plus coloniser ouvertement, il s’agit donc d’un néo colonialisme sous jacent, qui continue de persécuter les guérisseurs traditionnels.

Lien exorcisme mortel en Roumanie :

Exorcisme de Tanacu

Laisser un commentaire