Protéger les hirondelles

120px-Landsvale

 

 

 

 

Je me souviens que dans mon enfance, dans le village de mon grand père, on pouvait observer le rassemblement des hirondelles sur les fils électriques, qui se préparaient à émigrer. Des milliers d’hirondelles qui se tenaient les unes à côté des autres.

Ce spectacle fantastique a disparu depuis longtemps.

La disparition des hirondelles est une catastrophe à laquelle la plupart des gens semblent indifférents. Ils n’aiment pas la vie, détestent la nature.

Il y a quelque temps dans mon immeuble, je vois une voisine, qui me dit : je viens d’enlever un nid d’oiseau. Comme si elle venait d’effectuer un acte utile pour la collectivité !

Je me souviens de mon père, qui , en retraite, avait enlevé un carreau dans son atelier de bricolage, pour que les hirondelles puissent continuer à venir faire leur nid, et chaque année, il veillait à ce qu’elles trouvent aussi de la nourriture et de la sécurité pour avoir des oisillons.

Cette voisine ne s’attendait à ma réponse. « Quoi, Mais c’est sûrement un nid d’hirondelle que vous avez détruit ? »

Elle : sûrement, c’étais circulaire…

« Mais il ne faut pas détruire les nids des hirondelles ! Elles sont utiles. D’ailleurs elles mangent les moustiques ».

On ne sait que dire à de tels abrutis…

Les hirondelles disparaissent, car les insecticides détruisent leur nourriture, les modes modernes perturbent leur reproduction, les gens n’aiment pas les nids d’hirondelles, parce qu’ elles font des salissures. Sous ce prétexte égoïste, on veut les détruire.

En réalité, elles sont protégées par la loi, et la personne qui atteint à leur existence risque 9000 euros d’amende et six mois d’emprisonnement. (art. L415-3 et suivants du Code de l’environnement).

En cas d’urgence, plusieurs démarches peuvent être envisagées et engagées, soit individuellement ou, en relation avec une association.

Il est ainsi possible :

– d’alerter le service départemental de garderie de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) de votre département et/ou une association de protection de la nature ou de faire une déclaration relatant les faits auprès de la gendarmerie ou du commissariat de police ;

– de déposer une plainte en votre nom auprès de la gendarmerie ou du commissariat de police.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire