Shinto, bouddhisme et shamanisme japonais.

.

73939084

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
O Inari Sama (divinité shamanique agricole) . La divinité de la fertilité (sous différentes dénominations) était le dieu originel de toute l’humanité, avant la prise de pouvoir des forces adverses maléfiques.

Au Japon, le concept de religion n’existe pas.

Aussi, les catégories sont arbitraires, et du domaine de la politique. La population a traversé les tentatives de manipulations politiques de la spiritualité au cours des siècles sans être vraiment influencée.

Le respect envers les esprits des ancêtres et des esprits de la nature, la reconnaissance que tout a une âme, est le principe éternel.

Les clans qui voulaient dominer ont essayé d’imposer leur idéologie, comme le clan impérial, et faire croire que leur famille descendait du kami du soleil, et que celui ci était le chef de tous les kamis.  Le Kojiki a été écrit au huitième siècle dans le but de construire une histoire qui démontrerait la supériorité des aristocrates. De là vient la confusion entre le shinto, et le système impérial. En réalité le shinto est le contact avec les kamis, esprits, âmes et divinités. Il est animiste, c’est-à-dire qu’il considère que tout être possède une âme. Il n’y a pas d’objets. Le monde du double est omniprésent. Il existe de nombreuses dimensions dans l’univers.

C’est pourquoi il n’y a pas de hiérarchie dans le véritable shinto. C’est normal de communiquer avec les formes de vie non matérialisées. Les morts ne sont pas morts, ils sont dans le monde spirituel des ancêtres, sauf si il y a un problème, qu’ils n’ont pas pu l’atteindre et pour une raison ou une autre sont bloqués quelque part dans «  l’astral terrestre ».

Le contact avec le monde invisible se passait naturellement, et ceux qui sont plus perceptifs sont des reinoshas. La plupart des pratiques spirituelles au Japon (gyo) sont faites pour retrouver sa capacité de perception et devenir reinosha.

Les shamans sont des reinoshas.

Les prêtres shinto, n’ont pas de capacités particulières. Ils sont en général issus d’une famille qui s’occupe d’un sanctuaire. Il ont été organisés par le gouvernement de l’époque Meiji, pour contrôler la population. Il fallait imposer le culte de l’empereur comme religion, dans le sens occidental.

Déjà, certains shamans, comme Deguchi Onisaburo, avaient dénoncé le fait que la lignée impériale avait falsifié le shinto, et Onisaburo considérait les kamis impériaux comme des démons qui avaient enfermé le dieu de la terre, Okuninoshi. Il devait se libérer, et rétablir le sens ancien et originel de la spiritualité.

Cette histoire ressemble étrangement aux conceptions cathares, et celle du groupe cosmique de Max Théon. Les forces anti spirituelles se sont emparées des systèmes politiques, et faussé la spiritualité. D’ou le chaos qui règne sur la terre.

L’injustice règne en maître dans les sociétés. Les shamans japonais sont persécutés par le shinto des temples, qui est la continuation du système impérial. La spiritualité populaire, qui se base sur l’expérience réelle, et qui n’a que faire des systèmes de domination, est menacée de disparition par le système politique qui, sous forme d’association qui contrôle presque tous les sanctuaires, essaie d’imposer la doctrine issue du shinto impérial et du sanctuaire d’Ise.

Avant, chaque sanctuaire possédait ses propres traditions. Le shinto falsifié essaie d’uniformiser les sanctuaires du Japon en imposant l’O Harai no Kotoba, une prière originaire du sanctuaire d’Amaterasu, siège spirituel du clan impérial. Toutes les noritos qui étaient utilisées avant, sont supprimées.

La persécution des shamans, n’est pas limitée au Japon. Les religions occidentales, ont persécuté depuis des siècles toute personne qui avait des perceptions réelles. L’inquisition a effectué le même lavage de cerveaux que le régime impérial japonais. A présent que toutes les formes de christianisme ont été détruites, comme les cathares, les gnostiques, la forme de christianisme la plus répandue était l’Arianisme, qui a aussi finalement été détruit par la secte dominante.

Finalement le même phénomène de déspiritualisation de l’humanité a parfaitement réussi. La plupart des gens croient être un corps matériel, et sont manipulables par la peur de la mort, qui pour eux signifie la destruction. Ils croient aveuglément aux prêtres du système falsifié.

Il n’y a pas besoin de théories du complot, il suffit d’étudier l’histoire.

En ce qui concerne le bouddhisme, il a été imposé de force au Japon comme religion d’état. Le peuple l’a subit, après les aristocrates ce sont les shoguns qui l’ont utilisé pour contrôler la population. Après avoir craint le pouvoir politique des bouddhistes, les shoguns ont du stopper les tentatives d’invasion du Japon par les occidentaux qui utilisaient les jésuites pour affaiblir le pouvoir shogunal.

La conséquence a été que les shoguns, afin de protéger le pays, ont interdit le christianisme et chassé les jésuites, qu’ils protégeaient au début, croyant affaiblir ainsi le pouvoir des bouddhistes.

Le peuple quand à lui, a pris les pratiques quelles qu’elles soient, pour le seul but de réaliser ou retrouver l’état de reinosha. C’est pourquoi dans les pratiques des shamans on retrouve l’ancien shinto et les techniques du bouddhisme japonais, mais sans les idéologies religieuses.

On pourrait dire que les aristocrates ont essayé (ils essaient encore) de faire croire que le système d’exploitation humaine et leur pouvoir, étaient « de droit divin ».

Le thème de mon blog pourrait être, inspiré des shamans anciens et des cathares, « la démocratie de droit divin ».

Car l’essence de la spiritualité est la liberté fondamentale de l’âme.

 

 

 

Laisser un commentaire