Déesse Brighid de l’eau et du feu.

La déesse Bride (Brighid, Brigantia) est une déesse du feu et de l’eau. Cela signifie qu’elle est déesse de la lune et du soleil, qui sont les  parents et manifestations de ces éléments primordiaux dans le système solaire, ou monde manifesté physiquement. Soit, le corps physique de la divinité.

Ceci est une description des éléments externes de la nature, et les éléments spirituels correspondants  sont la lumière et l’énergie spirituelle, qui est fluide, représentée par l’eau.

La déesse est la source de la vie spirituelle et matérielle, et elle émane la lumière et l’énergie fluidique de la vie primordiale, qui en se condensant, se transforment en  les éléments primordiaux éthériques puis se matérialisent comme feu et eau.

A la période traditionnelle de fête de la lumière, soit Imbolg, ou candlemas, fête de la déesse Brigidh, on célèbre le nouveau soleil (l’enfant divin de la déesse) qui va suivre son cycle durant l’année afin de féconder la nature. Kernunos, le dieu celte, est une image du soleil, mais il représente le soleil en automne, il s’agit de la personnification du cycle solaire. Il nait au solstice d’hiver et meurt en automne pour renaître chaque année.

A l’occasion de la fête de la lumière en février, on fait des crêpes qui sont le symbole du soleil.

On pratique aussi un rituel druidique, qui consiste à faire brûler des bougies dans un récipient emplit d’eau, qui représente le feu dans l’eau de la déesse.

Les fêtes chrétiennes étant basées sur le culte romain solaire, le culte de Mithra, il est normal que les fêtes correspondent, puisqu’il s’agit du cycle du soleil. Le christianisme n’est que la continuation du culte de Mithra, où le christ est le soleil qui remplace Mithra, et les douze apôtres représentent les douze maisons astrologiques que traverse le soleil dans l’année.

Ce qui signifie aussi que chaque apôtre représente un type humain astrologique.

A noter que le cycle solaire était suivit par tous les peuples, et que cela n’a rien de système « indo européen » comme l’enseignent les penseurs d’extrême droite.

De même les mégalithes n’ont rien « d’indo européen ». Il en existe, y compris les dolmens, au Japon, en Corée, en Afrique…

Actuellement il y a une grande confusion dans les groupes qui se présentent comme « néo païens », qui reprennent et suivent des idéologies qui sont toutes racistes et orientées par la pensée d’extrême droite. Cela n’a rien à voir le druidisme. La tradition qui est le plus proche du druidisme est pour moi le shinto, ce qui en reste qui a survécu aux thèses nationalistes de l’époque Meiji. Certains guérisseurs Lakotas avaient aussi cherché ce qui était le plus proche de leur tradition, ils avaient aussi trouvé que c’était le shinto. Bien sur, le Japon ayant toujours résisté au colonialisme, a réussi à conserver ses traditions depuis la préhistoire.

L’esprit des contemporains  ne peut plus retrouver le sens des traditions, car il est pollué par les délires de la psychanalyse et autres pseudo systèmes de conditionnement matérialiste.

L’eau a également un autre sens. Elle représente le monde astral, aussi mettre du feu dans l’eau revient à éclairer le plan astral avec la lumière. Comme le plan astral est un plan de circulation entre les mondes de différentes dimensions, il peut véhiculer des forces et des êtres issus de plans spirituels aussi bien que ceux des mondes et plans les plus bas.

C’est pourquoi dans les pays slaves, par exemple, l’eau peu être utilisée pour purifier et soigner, aussi bien que pour transmettre des sorts et des malfaisances occultes.

Le fait de mettre des bougies dans l’eau, revient à demander à la déesse de placer la lumière divine dans le plan astral, pour le rendre bénéfique.

Le fait que l’eau soit aussi le plan astral, explique toutes les légendes dans lesquelles on emprunte une barque et une rivière pour rejoindre le monde des morts, puisqu’il faut utiliser le plan astral fluidique, pour se déplacer dans les autres dimensions.

Le feu en tant symbole de la lumière divine possède un pouvoir de purification et une capacité de faire passer les choses dans une autre dimension.

La déesse Brighid possédait un  rituel de feu perpétuel entretenu par des druidesses au nombre de 19, qui est le nombre du soleil.

On retrouve ce principe de feu sacré perpétuel dans de nombreuses traditions. Sur un île au Japon, un sanctuaire shinto pratique toujours cette tradition.

Les anciens étaient animistes, et ceci dépasse de loin les conceptions symboliques sur les 4 éléments. Car pour eux les éléments possédaient un esprit avec lequel on peut communiquer.

Par exemple si on peut communiquer avec l’esprit du feu, le feu ne brûle plus.

On peu communiquer avec le vent, car au niveau astral, il est un esprit.

De même on peut communiquer avec les animaux, en particulier en s’adressant au maître esprit de l’espèce. Le maître esprit d’une espèce est l’esprit qui guide collectivement chaque espèce d’animal.

La croix celtique, est identique à celle des indiens Lakotas, et représente les 4 éléments et les 4 directions primordiales. Elle est à la base de la croix de la déesse Brighid.

Elle représente également le cycle solaire.

 

800px-saint_brigids_cross

Tutoriel

Laisser un commentaire