Pourquoi les jeunes adhèrent à la radicalisation

J’ai vu une discussion TV où un spécialiste de l’anti terrorisme pose la question à JL Mélenchon sur la cause du fait que la France a le plus grand nombre de jeunes qui s’enrôlent dans le terrorisme et partent combattre à l’étranger. Il y a des réflexions mais pas de réponses particulières.

Mais au-delà des systèmes de renseignement, et de la répression, il y a le fait que des jeunes en arrivent à la haine contre le pays ce qui ouvre la porte à l’enrôlement terroriste.

J’ai déjà évoqué la responsabilité de la part des politiques étrangères des européens pour aller dans le sens des philosophies religieuses qui financent et développent le terrorisme, ceci par le fait de suivre la politique post colonialiste, l’intérêt pour le contrôle des matières pétrolières en particulier.
Le terrorisme commence par une philosophie, je ne pense pas que ce soit seulement des fous qui s’enrôlent dans ce type de combat criminel, mais il y a des colères qui sont produites par l’injustice et les sentiments de révolte.
Il y a une partie des jeunes qui sont issus de l’immigration, ainsi qu’une partie qui ne sont pas issus de l’immigration qui se convertissent à l’islam sunnite puis évoluent vers le fanatisme et l’enrôlement.
Le fait que les politiques officielles soient tournées vers le mensonge et la manipulation de la population pour justifier des activités criminelles, comme les raisons pour laquelle les USA et les pétroliers américains derrière, ont menti pour justifier l’attaque de l’Irak, et l’action de la France pour aller piller la Libye, pour voler l’argent du pétrole que Kadhafi envisageait d’utiliser (en partie) pour financer l’indépendance de l’Afrique est catastrophique sur l’image donnée à la jeunesse sur la légitimité de la république, vu qu’ils voient bien que tout est truqué.
Ils ne comprennent pas bien la relation entre la politique et la religion (dans ma jeunesse je ne comprenais pas non plus). Sinon ils saisiraient que la religion majoritaire est toujours le résultat de la volonté des riches de contrôler les pauvres pour faire grandir leurs privilèges (ce qui est de l’égoïsme criminel), et que les aspects minoritaires de l’islam sont celles qui sont le plus en résistance contre l’abus de pouvoir de ceux qui veulent politiser la religion et s’en servir comme moyen de manipulation politique de masse.
A l’origine les religions sont des moyens pour que l’homme puisse contrôler ses instincts et ses tendances égoïstes, et développe un certain niveau de spiritualité. Mais les systèmes organisés sont toujours infiltrés puis détournés par des forces occultes maléfiques et leurs représentants qui en prennent le contrôle, et le système de départ devient un système d’oppression, même si il avait au départ des qualités libératoires pour l’humain.
Pour moi il faut que les politiques arrêtent de soutenir des systèmes qui passent leur temps à essayer de déstabiliser les sociétés qu’ils veulent convertir à leur philosophie égoiste de contrôle par la religion, et que le milieu politique et social aide à ce que les jeunes puissent étudier librement des philosophies internes à l’islam qui ne vont pas dans le sens de celles qui sont prônées par les terroristes, qui ne sont que des agents de puissances qui trompent leur propres peuples sur leurs véritables motivations.
Les systèmes religieux musulmans qui protègent les minorités, musulmanes ou non musulmanes sont faciles à comprendre, à trouver et à étudier. Quand on veut lutter contre des situations il faut prendre des mesures pour augmenter le pouvoir de ceux qui luttent contre le mal, et non pas alimenter des forces maléfiques. Sans discernement, il n’y a pas de solutions, et pour discerner il faut déjà comprendre. Pour comprendre il faut étudier réellement.
En Afrique, les gens qui veulent lutter contre l’influence colonialiste occidentale ont tendance à se convertir à l’islam sunnite. Ils ressentent sûrement que l’islam est plus proche d’eux étant une religion née sur le sol africain, alors que le catholicisme est vu comme la religion des blancs colonisateurs et ex esclavagistes. Le protestantisme, la religion du colonialisme américain. Ils ne voient pas que l’islam sunnite est une machine de colonisation inventée par les peuples arabes face à la force du monothéisme des peuples israélites à l’époque (je parle de l’ancien temps).
Je trouve meilleure la position religieuse et philosophique de Haji Bektash, alors que les bektashis eux-mêmes, ont été victimes de tentative de génocide.
C’est lui qui a montré la voie aux musulmans de ne pas se diviser en sunnites, chiites qui se battraient entre eux. Il rassemblait dans son non sectarisme aussi les chrétiens et les animistes. C’était un véritable spirituel, contrairement à ceux qui veulent diviser les gens et l’humanité, alors que la fraternité est secrètement désirée par les êtres humains.
Il englobait dans sa compassion et sa fraternité également la nature et les animaux, ce qui montre la voie pour l’humanité de comment se réconcilier avec les forces de la nature.
L’Albanie est devenue le centre des Bektashis , et durant l’occupation communiste, les chrétiens et les églises ont été tolérées ainsi que l’islam sunnite et les mosquées, mais le régime communiste a essayé d’exterminer les Bektashis.
Ce qui montre bien que les forces démoniques qui ont récupéré tous les systèmes organisés, qu’ils soient de gauche ou de droite, ne peuvent tolérer des gens qui suivent la voie intelligente et fraternelle. Je parle du bektashisme comme exemple, évidemment qu’il peut aussi être récupéré, mais dans le temps historique, il a manifesté une capacité réelle de résistance à l’oppression, y compris au machisme.

Bien que je ne retrouve plus sur internet les textes sur le genocide des Bektachis durant la période communiste en Albanie (on trouve des infos differentes à présent, les musulmans et les chrétiens sont présentés comme victimes aussi, l’histoire a changé ou son information ?)
Je met un lien qui présente des bases de pensée et de pratiques des Alevis que l’on assimile aux Bektachis, bien qu’ils soient proches pas forcément identiques :

Lien

On voit le lien avec le chamanisme .

« Les Turcs, qui vivaient dans une région allant du Mont Altaï jusqu’à la mer Caspienne, résistèrent entre le 7e et le 10e siècle aux assauts des Omeyyades et des Abbassides sunnites qui voulaient les islamiser. Ils avaient leur religion, Gök Tengri. Mais finalement, ils adoptèrent, ou plutôt intégrèrent à leur croyance religieuse chamaniste, un certain islam. Non pas l’islam sunnite rigide du pouvoir abbaside, totalement étranger à leur culture, mais une variante de l’islam de l’opposition, plus proche de leur philosophie, en faveur chez certains partisans d’Ali (des allawi) – persécuté comme eux – et chez les soufis tels que Husayn ibn Mansûr al-Hallaj – torturé et exécuté comme eux. Ainsi ils entrèrent peu à peu, entre le 10e et le 13e siècle, dans diverses confréries issues du courant soufi ismaélien et Malâmati (apparu au 9e siècle dans le Khorasan), très libérales et ésotériques (rejet de la charia et des obligation cultuelles – par exemple refus du pèlerinage -, égalité entre homme et femmes – ils prient côte à côte -, refus du texte de Coran dans sa littéralité – mais pas de son «esprit» -, sans parler des cérémonies et prières en turc, etc.) ».

Ce qui démystifie en même temps le soi disant « néo chamanisme » produit américain, qui est une création issue de Sibérie, où il est nommé tengrisme : clic sur le lien tengrisme

produit déculturalisé par les américains.

Laisser un commentaire