Paroles de Wallace Black Elk

shaman08_big-1-

Wallace Black Elk

Il y a un membre de l’église amérindienne du Peyolt qui m’avait contacté une fois, et il m’a dit que les européens ne parlent toujours que des Lakotas, alors qu’il y a beaucoup de tribus amérindiennes…
Certes, mais le fait est que les Lakotas sont peut être plus militants, et donc on peut mieux connaître leur culture.
Wallace Black Elk est le petit fils de Heȟáka Sápa, visionnaire et mystique (ou voyant guérisseur).
Wallace fut un quasi prophète et a été protégé par son peuple dès son enfance, le mettant à l’écart de l’éducation américaine, afin qu’il développe ses capacités spirituelles qui avaient été prophétisées. Ayant la mission de préserver et transmettre les secrets mystiques de son peuple, qui étaient menacés d’extinction par la colonisation.
Vous pourrez trouver de nombreuses informations sur lui sur le net.
Je ne veux que signaler son importance en tant que (vrai) spirituel :
« L’interconnexion de toute chose se traduit par ce que nous appelons le Sacred Hoop, le Cercle Sacré. Nous considérons en effet que tout s’inscrit dans un cercle.
« Dans la figure symbolique sainte que forme le cercle sacré, vous trouverez côte à côte tout ce que votre culture sépare : ce qui vit et ce qui ne vit pas, le mouvement et l’immobilité, la terre et le ciel, le règne animal et le règne végétal… Je peux dès à présent vous dire en quoi se résume toute la philosophie du peuple de la terre : maintenir ce cercle intact. »

Les grandes directions cosmiques sont inséparables des étapes de notre vie. De la naissance à la mort, tout être va vers les points cardinaux selon le cycle suivant :

– A l’est, nous naissons
– A l’ouest, nous nous affirmons, nous méditons, nous nous purifions
– Au nord, ce qui est virtuel devient réel : nous nous accomplissons
– A l’intersection des quatre directions, alors que nous nous dirigeons vers le sud, nous rencontrons les autres. Nous devons alors nous offrir à eux, et partager ce que nous avons acquis à l’est, à l’ouest et au nord.
– Au sud, notre âme se sépare de notre corps.
– Puis, avec tous ses acquis, l’esprit va vers l’est pour renaître en une nouvelle génération.
Tel est le cycle éternel. Sa forme contient à la fois la croix et le cercle ».

Laisser un commentaire