Susanoo No Mikoto 素戔嗚命/須佐之男命, le frère turbulent d’Amaterasu.

uke_mochi_4564

 

 

 

 

 

 

 

 

Inari Sama, déesse de la pousse du riz, des plantes, symbolise la vitalité -Musubi- Universelle qui fait croitre toute chose. Ce que les japonais contemplent dans la floraison des cerisiers, le miracle de l’univers/nature.

Dans le Kojiki, recueil de légendes qui ont servi à construire la base du shinto de la lignée impériale du Japon (ce qui n’est pas la forme de shinto à laquelle j’appartiens, étant trop politisé), Susanoo tue la déesse de la nourriture, UKE MOCHI保食神 . ( Une variante de Uka no Mitama, qui est la déesse de la nourriture, du sanctuaire auquel j’appartiens, qui n’existe pas dans le Kojiki mais possède le plus grand nombre de sanctuaires dans le Japon – Inari -).
Les mythes sont des archétypes, les dieux ne meurent pas vraiment, mais subissent des transformations qui sont  les mutations de la nature. ( il faudrait définir plus le mot/concept  « nature », mais je n’ai pas le temps dans cet article).
Susanoo tue la déesse lorsqu’elle lui donne de la nourriture en la sortant de toutes parties de son corps, notamment les orifices de son corps, ce que Susanoo interprète comme une offense, alors que la déesse n’a rien fait de mal : les dieux ne sont pas physiques, aussi leur corps est composé d’énergie divine.
Mais une fois tuée, de son corps naissent les éléments qui vont nourrir tous les êtres sur la terre : le mil, le riz, les haricots. Ses sourcils deviennent les vers à soie… Le sacrifice de la divinité donne naissance à l’univers… Comme disaient les gaulois, l’univers est composé de la chair d’un dieu.

Interprétation : Les dieux sont les archétypes divins des éléments universels. Dans le plan causal, les idées/archétypes ou forces causales, sont composés, puis se forment dans les plans subtils intermédiaires. Enfin ils se condensent et se matérialisent dans ce que nous perçevons comme le monde physique.

Comme je l’avais signalé, ce type de mythe se retrouve dans le monde entier, et n’est pas un argument pour faire un rapport entre les africains et les mythes égyptiens, comme le fait le Cheik Anta Diop.
Attention : les Mangas utilisent les noms de divinités dans un sens non traditionnel, la raison pour laquelle les ados occidentaux véhiculent des fausses mythologies. Les Mangas contiennent beaucoup de choses, mais ne sont pas des traités de mythologie japonaise ! Le Shinto lui-même est extrêmement complexe.

o0360064412673584782素戔嗚命/須佐之男命 Susanoo no Mikoto