Gaëlic Myrddin Emrys

 

Gaëlic signifie « qui appartiens aux Gaëls ». Les Gaëls sont les peuples celtes, notamment Irlandais et Scotishs, écossais. « Les termes Gaulois, Gaëls, Wallons, Galates, dérivent de la forme Alaunes, les Meilleurs des hommes ». (source Idées reçues sur les Gaulois)


On considère en général Merlin comme un personnage issu des traditions du pays de galles (Wales). Repris par différents auteurs de romans.

Un personnage construit à partir de différents personnages historiques.

Cependant, Merlin ou Myrrdin  est en quelque sorte le personnage mythique et archétype du druide. La mémoire celte du chef des guerriers celtes et le druide dieu archétype du shamanisme ancestral. Il possède toutes les caractéristiques du Berserkir ou shamane de transformation qui était dans l’ancien temps la capacité de fusionner avec la nature et de transcender les limites entre les espèces animales humaines, végétales, minérales et divines. Car pour les anciens celtes, gaulois, l’univers est constitué de la chair du dieu cosmique, la conscience divine se sacrifie pour enfanter tous les êtres vivants. Tous les êtres vivants étant les enfants de la déesse, qui est la substance Force de l’univers. La source de la matière et de l’esprit.

Ce qui est exprimé dans les légendes comme celle de Céridwenn qui poursuit Taliésin, en changeant de forme pour finalement se transformer en poule qui avale le grain de blé en lequel il s’est transformé pour lui échapper. Il renaît ensuite, la déesse au chaudron représentant le travail de la nature qui transforme les âmes pour les raffiner jusqu’à ce qu’elles retrouvent la condition divine immortelle.

Merlin serait basé sur un personnage nommé Myrddin Wyllt, un mage qui devint (provisoirement) fou après la perte de la guerre de son clan, dans le sud du pays de Galles.

Mais l’histoire d’un prophète guerrier qui devint fou après une bataille similaire peu être trouvée dans la légendes irlandaise du  9ème siècle de Suibhné Geilt, et les légendes sur le personnage de Lailoken associé à Saint Kentigern, dans le nord de la grande Bretagne. Le nom de Myrrdin ne devint associé à Lailoken seulement qu’après que la légende  ait été déplacée au sud du pays de galles et dans la région de Caerfyrddin (Camarthen) auquel on aurait donné la fausse étymologie de « château de Myrrdin ».

Geoffrey de Monmouth fut le premier à distinguer deux Myrddins différents Myrddin Emrys (en français Merlin Ambrosius) et le fou Myrddin Wyllt (Merlin Celidonius). Selon la tradition du nord de l’Angleterre et de L’Irlande, apparaissent deux personnages, l’un prophète (devin) magicien et poète (barde), et un guerrier irlandais devenu fou après que son seigneur ait été tué.

Les deux légendes ont été fusionnées à une époque puis transférées au sud du Pays de Galles.

Il s’en suit que le véritable Merlin est Myrddin Emrys, le voyant et barde. Et qu’il est originaire d’Irlande, récupéré par les romanciers du Pays de galles puis plus tard par d’autres littérateurs.

Invocation à Myrddin Emrys :

Bedd Ann Ap Leian Ymnewais Fynfydd Lluagor Llew Ymrais Prif Ddewin Merddin Embrais 

Cette formule en Gallois est gravée sur  une tombe de pierre du sixième siècle, située sur la montagne de Newias, connue sous le nom Newhill, près de Carmathen . Site supposé de la tombe de Merlin en Angleterre.

Traduction possible : la tombe du fils de la nonne de la montagne de Newias : Seigneur de combat, Llew Embrais, chef magicien Myrddin Emrys…

Cette invocation pratiquée par les magiciens anglais de façon répétitive, est susceptible de faire apparaître Merlin.

Il est conseillé de ne pas le déranger inutilement …

Il s’agit d’une incantation druidique. La tombe de pierre est un pont entre le monde physique et l’autre dimension, un sas identique à un sanctuaire.

Bien que l’incantation soit en Gallois, l’originale en langue irlandaise n’est pas connue, mieux vaux utiliser la plus ancienne version connue.

Péférable de  déjà invoquer la Divinité Brigantia avant, afin d’éviter les risques de se trouver confronté à un esprit maléfique qui voudrait se faire passer pour Myrddin Emrys.

71188e86eeb51e9f584995fd89608462

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivien and Merlin. Artist: Julia Margaret Cameron 1874.