Comment le christianisme originel, gnostique, a été détruit par l’ordre obscur.

Le christianisme originel n’était pas catholique, ni romain, mais gnostique. Avant la division en partis opposés, suivi des crimes et exécutions opérées par le catholicisme romain, qui a commencé à assassiner les chrétiens originels gnostiques, on a beaucoup de preuves que le catholicisme romain n’existait pas,  et s’est imposé par la suite comme une secte totalitaire, qui a assassiné non pas des « hérétiques », mais les véritables chrétiens. Même l’empereur romain Constantin, qui a imposé le « christianisme », s’est converti à la fin de sa vie au christianisme Arianiste, qui était le plus répandu à l’époque. La ressemblance avec le culte du soleil, vient du fait que Constantin suivait le culte de Mithra, sur lequel il a greffé le nouveau christianisme.

Donnant ainsi à la nouvelle secte un pouvoir politique.

Le premier chrétien à être assassiné par la nouvelle secte romaine fut le gnostique Priscilien, mort en 385. Il était un leader chrétien de l’époque, on le présente comme « l’évêque » d’Avila.

Les crimes du christianisme sont donc ceux non du véritable christianisme, mais d’une secte qui a falsifié l’enseignement du guérisseur originel, qui avait créé un système de résistance politique et spirituel contre les forces obscures, qu’elles soient matérielles ou occultes. On ne peut pas saisir le sens des choses si l’on se base sur l’aspect extérieur  de l’histoire du christianisme, mais tous les éléments sont présents pour savoir que les gnostiques étaient un courant spirituel pré chrétien initiatique très ancien (pré zoroatrien), qui s’est continué dans les différentes traditions dites religieuses, puisqu’on le trouve partout sous la forme souvent incomprise, de l’ésotérisme de chaque tradition religieuse. En fait il atteint la connaissance spirituelle expérimentale et la connaissance de la véritable fusion avec la divinité qui est accessible à tout humain, mais qui a été persécutée par l’ordre des forces démoniaques toujours installé sur terre. Celui-ci veille à infiltrer et falsifier tout groupe de spiritualité au départ authentique, afin de le faire dévier, et si il n’arrive ni à en prendre le contrôle ni à le faire dévier, il passe à la phase destruction, soit par des moyens physiques, soit par des moyens occultes, qui seront vus comme des accidents, des maladies mortelles ou d’autres stratagèmes de destruction.

Ces éléments ne peuvent pas être prouvés, puisqu’on est dans le domaine des choses qui sont cachées au-delà du monde trivial des apparences (plans astaux et causal). Il n’y a pas de mystères, mais seulement des gens qui ne sont pas capables de percevoir le monde réel qui est composé de différentes dimensions, et ces dimensions ne sont pas forcément favorables aux humains.

Un moyen de s’éveiller au sens de la réalité cachée, est d’étudier la véritable histoire et de rechercher ce qui a été falsifié volontairement par l’ordre obscur au service des forces qui veulent détruire la liberté à la fois des humains et des autres espèces vivantes.

Dans la société matérielle on peut voir comment s’est imposé un système d’oppression patriarcal, qui a réinterprété toutes les valeurs en essayant de détruire tout ce qui étaient les anciennes traditions de la fertilité, féminines, et qui visaient à la perpétuation de la vie.

Dans le christianisme primitif, l’image de Marie Madeleine, qui était le véritable christ féminin, et la succetrice de Jésus, tout en étant sa partenaire initiatique, a été refoulé et insulté par les tenants du pseudo « néo » christianisme totalitaire et patriarcal. Ceci a entraîné une despiritualisation de l’occident ainsi que le développement de son agressivité colonisatrice. C’est la création de la notion de religion et de révélation divine détentrice de la vérité, qui tue la possibilité d’accéder à une connaissance ou Gnose, des choses spirituelles, ou de la « divinité » dans le sens de l’essence mystique de l’univers.

La femme spiritualisée, que présente l’image de Marie Madeleine, sera présentée comme une prostituée, dans le but de la dévaloriser, afin d’asseoir le pouvoir pseudo patriarcal d’un saint Pierre fascisant et machiste. Les textes gnostiques expliquent bien le problème qui s’est posé aux premiers chrétiens confrontés au conflit entre le courant gnostique de Marie Madeleine, et le courant patriarcal et autoritaire, non spirituel mais dogmatisant de Pierre qui allait donner le résultat que l’on observe maintenant, un chaos mondial dirigé par les forces de destruction, qui n’a comme contre pouvoir que quelques résistants éparpillés sur la planète et dans d’autres dimensions.