Hérétique qui choisit, et doctrines apocalyptiques

Si les Gnostiques présentent le fait que le monde est gouverné par des êtres invisibles maléfiques, l’église catholique et d’autres les traitent d’hérétiques, (du mot grec qui signifie : choix, c’est-à-dire celui qui choisit ce qu’il pense, après réflexion, et non par contrainte ou conditionnement fanatique).  Ces faits, basés pour les Gnostiques sur le combat direct avec ces entités, alors que les catholiques ne se basent que sur des croyances issues d’écrits qui ne sont pas plus anciens que les textes des gnostiques, affirment exactement la même chose, les évangiles canoniques sont certainement entièrement basées sur les textes gnostiques.

Voici des passages des évangiles dites canoniques qui transmettent les affirmations de Jésus sur le fait que le Roi des démons, nommé Satan par les hébreux, est le roi de la planète et la dirige. Il parle évidemment d’un être non physique qui possède un système de contrôle non matériel sur le monde physique de cette planète :

« Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi » (Jean 14 :30).

L’évangile dite canonique explique même le transport de Jésus par le démon pour le tenter : Luc 4 :5-7 « Le diable l’emmena (Jésus) plus haut, lui montra en un instant tous les royaumes du monde et lui dit : Je te donnerai tout ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été remise, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et, à lui seul, tu rendras un culte. » (En complément, lire Luc 4 :1-13)

Lucifer et un tiers des anges (Apocalypse 12 :3-4) se rebellèrent contre leur Créateur, et ils furent chassés de la présence de Dieu (versets 7-8). Manifestement, Lucifer et les anges avec lui avaient reçu pour mission de préparer la terre selon un but précis du plan divin pour l’humanité. Mécontent du rôle que Dieu lui avait attribué, ce puissant archange mena une rébellion manquée contre Dieu le Père et contre la Parole (Luc 10 :18 ; Ésaïe 14 :15).

Satan a manqué sa rébellion, mais il reste au poste que Dieu lui avait confié, et dans lequel il reste encore un instrument dans le plan divin. »

Selon les catholiques, le démon sera stoppé dans son règne lors du retour du Christ, qui fera accéder aux chrétiens (catholiques) au statut de ce qu’attendaient avant les hébreux par la venue du Messie.

Les catholiques croyaient que la fin du monde, le retour du Messie, viendrait juste après la mort du Christ, mais cela ne s’est pas passé. Du coup ils attendent toujours.

Les initiés, comme Max Théon ou Mirra Alfassa, qui n’étaient pas chrétiens, enseignaient quand à eux que la prise de pouvoir des forces adverses étaient dues à un accident arrivé lors de la formation du monde. Une entité s’est effectivement transformée, ayant perdu le contact avec la force créatrice originelle. Elle a formé le monde matériel, de façon différente du plan originel. La force originelle a émané l’être psychique, ou âme qui est une étincelle de lumière éternelle, celle-ci pousse la création au retour vers l’immortalité spirituelle, car c’est sa véritable nature. Max Théon et Mirra Alfassa, ainsi qu’Aurobindo, ajoutaient à cela que la matière elle-même était habitée par l’étincelle divine, qui poussait à l’évolution de la matière elle-même, comme l’avait pressenti Theilhard de Chardin.

D’autres interprétations comme celles des anciens gnostiques iraniens, d’où proviennent les conceptions gnostiques des premiers chrétiens, croient que le monde est éternel, et que les éléments de lutte entre la lumière et les ténèbres sont des faits naturels et qu’il n’y a pas de fin du monde, vu qu’il s’agit d’une façon pour l’univers de s’équilibrer. Dans le Shinto japonais, le monde se créée à chaque instant et il n’est jamais fini. Cela n’empêche pas que les shamans japonais, comme Deguchi Onisaburo, ont expliqué que les divinités originelles avaient été emprisonnées par les mauvais dieux, ce qu’il interprétait comme l’établissement du système impérial qui allait amener un système autoritaire sur le Japon. La divinité gardienne de la terre, Okuninoshi No Mikoto, allait être rendue prisonnière et enfermée. Sa libération allait permettre de mettre fin à cette oppression, ce qui s’est passé pendant la deuxième guerre mondiale , qui a entraîné la perte de pouvoir du clan impérial.