Les erreurs d’interprétation de la conception cathare. cathares et reincarnation

ob_d9ba50_visions-de-l-au-dela-la-montee-des-bie

Les cathares et la reincarnation.

Les cathares (ce qui n’est pas leur vrai nom) étaient des gnostiques chrétiens, c’est à dire qu’ils ne se basaient pas sur une doctrine, mais sur la connaissance spirituelle.

Evidemment en France, il pouvait y avoir une certaine déformation due au fait qu’ils étaient nés en milieu dominé par la doctrine catholique, qui est identique à celle de l’inquisition. L’inquisition était la police de la pensée de l’église catholique. C’est d’ailleurs très intéressant d’étudier les textes d’archives de l’inquisition.

On parle de croyance en la réincarnation. Il y a confusion à propos des termes réincarnation, métempsychose, renaissance.

Beaucoup de gens croient que les bouddhistes et les hindous croient en la réincarnation.

Hors cela est faux. Le terme réincarnation signifie qu’il y a une entité dans le corps de l’humain qui après la mort va entrer de nouveau dans un corps physique.(incarnation).

Pour les hindous, il ne s’agit pas de cela. Dans l’être humain, il existe un principe spirituel (Atman) de même nature que l’absolu (Brahman). Selon son karma, (principe de détermination basé sur la morale), l’atman va passer soit dans un autre corps, qui peut être humain ou animal, ou dans une autre dimension, il peut devenir une divinité ou un esprit, ce qui est considéré comme une forme de renaissance.

Pour les hindous, le terme renaissance est donc correct.

Pour les bouddhistes, comme différentes écoles se sont éloignées de l’enseignement originel, mais utilisent tous la même dénomination de bouddhiste, cela dépend.

Dans le bouddhisme originel, c’est le principe hindou qui est repris, mais modifié par le fait que le bouddha a supprimé la notion d’atman. La doctrine de l’anatma est la base du bouddhisme traditionnel, elle signifie qu’il n’existe pas d’entité réelle ni d’âme dans les êtres vivants.

Selon eux, un ensemble d’agrégats donne l’illusion d’une identité, mais cette entité est composée d’illusion.

Le nirvana ou extinction, consiste à prendre conscience qu’il n’existe aucune entité. Nirvana étant un négatif, que l’on traduit parfois par « extinction de la flamme », sous entendu de la conscience ou de l’existence.

Bien sur certains bouddhistes ont complètement modifié le sens, par exemple le moine Nichiren du 13 eme siècle au Japon, a dit que l’éveil ne consiste pas avoir des expériences intenses, mais à maîtriser son destin.

Dans ce cas cela n’a plus aucun rapport avec l’enseignement originel car les moines japonais sont en fait animistes. La définition de Nichiren est la même que tout vrai magicien pourrait avoir, en se basant sur des expériences intérieures.

La métempsychose est un terme qui provient de philosophes grecs. Il signifie que l’âme passe dans d’autres corps.

Mais il faut «élever » le débat sur le sujet, car on peut dire n’importe quoi.

Le principe est que l’être vivant n’est pas limité à l’apparence physique, alors on peut arriver à une connaissance spirituelle qui ne se résout pas à la croyance.

La plupart des conceptions sont basée sur la croyance en une évolution, ceux qui croient que l’âme évolue avec le temps, croient que l’être humain est supérieur en évolution à un animal. En conséquence, ils croient que si l’humain est évolué, il fait le bien et obtient une bonne renaissance.

Hors ces doctrines sont basées sur des illusions, car les être humains ne sont pas capables d’évaluer l’état de conscience d’aucun animal, ni d’aucune sorte d’être qu’ils croient être des objets ou des choses. Ces perceptions sont basées sur la conscience mentale, et il existe un grand nombre de formes autres de conscience que celle des humains.

Comme les cathares pensaient que les âmes sont des anges qui ont été enfermés dans la matière par un principe maléfique, il n’y a pas de hiérarchie dans une éventuelle réincarnation, vu que la base morale serait celle du dieu mauvais. L’ordre des valeurs habituelles est brisé, et rien n’a de sens comme dans la société, qui est basée sur un ordre de valeur maléfique.

Les valeurs imposées par la hiérarchie sociale deviennent l’enseignement du dieu du mal.

Briser ces valeurs afin de libérer les âmes de l’emprise du mal, devient la voie de la libération universelle.

D’autre part on sait que les cathares utilisaient le symbole du pentagramme, ce qui les relie encore aux gnostiques. Le pentagramme contient tout un enseignement en lui-même. Il enseigne la conception que l’univers est issu d’une source spirituelle, qui est la matrice cosmique de l’univers. De cette source apparaissent les 4 éléments fondamentaux qui sont les 4 directions de l’espace temps, les 4 forces fondamentales que sont la terre, l’eau, le feu, et  la lumière, avec l’esprit qui est le 5 ème élément.

Les 4 éléments ne sont pas des éléments physiques, mais des symboles qui représentent la mutation de la substance primordiale.

L’élément terre est le monde étherique, l’eau est l’astral, qui est la force de mouvement… je ne veux pas en dire plus ici.

Les âmes ou anges sont des forces individuelles de vie qui descendent dans la matière, et comme je l’ai évoqué dans l’article sur Aurobindo et Max Théon, les forces adverses (qui ressemblent complètement à la conception des cathares, ou gnostiques chrétiens) occupent le plan astral, et donc dominent le monde matériel, mais un combat existe entre les forces spirituelles et les forces anti spirituelles.

En réalité, les êtres maléfiques accèdent facilement au dédoublement, et quand ils quittent leur corps à la mort du corps physique, ils se déplacent dans le plan astral et peuvent facilement trouver un corps physique en formation pour s’y réincarner.

Ceux qui ne sont pas de ce type, doivent traverser à leur risque le plan astral, qui peut être hostile afin d’arriver au-delà, dans le monde spirituel des ancêtres, ou monde des âmes.

.

Laisser un commentaire