Ymir, Odin, Vili Vé

Ymir est un géant primordial dans les mythes nordiques. Comme d’autres mythes, son corps engendre la vie des êtres.

De ses bras il a créé deux êtres mâle et femelle.

(Comme Izanagi et Izanami dans le Shinto)

Il représente une phase archaïque de la création du monde.

Ensuite Odin,Vili et Vé (trois frères) ont façonné la terre (déesse Jörö) avec sa chair, les océans avec son sang, Les montagnes avec ses os, les arbres avec ses cheveux. Les nuages avec son cerveau, les cieux avec son crâne, Midgard, le royaume du milieu avec ses sourcis.

La substance de l’Etre primordial est souvent retrouvée dans les mythes de création, le monde étant formé par la substance de son corps.

Les divinités qui le tuent sont les divinités qui organisent la vie et le chaos originel.

Dans le Kojiki, Susanoo tue une déesse de la nourriture, et tous les éléments qui vont nourrir l’humanité apparaissent sur la terre, émanant des différentes parties de son corps.

De la chair d’Ymir, la terre s’est formée,

et de ses os les collines,

le ciel du crâne de ce géant glacé,

et de son sang la mer. (poème Vafþrúðnismál)

Il existe diverses variantes du mythe selon les textes.

Ces mythes de création basés sur la division sacrificielle d’un être primordial se retrouve partout, et non comme le présente le délire des pseudo historiens européens, il ne constitue pas une particularité des soi disant indo européens, qui n’existent que dans leur imagination raciste ignorante.

Cette façon de raconter la formation de l’univers en tant qu’être vivant provient du fait que les anciens hommes ressentaient la vie dans son unité comme une force substance cosmique, et on le retrouve dans toutes les formes de récits de ce que je nommerais shamanisme, comme conscience spirituelle primordiale.

Personnellement, je ne crois pas à l’image d’Odin que l’on donne en général, comme une dieu de la guerre.

La première fois que j’ai eu un contact avec lui, j’ai vu un Elfe qui marchait dans une forêt scandinave sous la neige, après que j’ai reçu une énergie force verte extrêmement purifiante, qui contenait comme l’essence des forêts finlandaises.

Forêt Elfique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le père Noël et le sapin ne sont que des versions d’Odin comme l’Elfe donneur de cadeaux.

Un des noms d’Odin, Jölnir, signifiant « maître de Yule ».

Le nom originel du « père Noël », étant le lutin de Yule (Julenisse), il donnait des bonbons aux enfants et des cadeaux, qui sont l’image des énergies qui vont redonner le potentiel de fertilité de la nature qui va renaître au printemps.

L’image du Père Noël est devenue  populaire grâce aux publicités pour Coca-Cola dans les années 1930. L’artiste, Haddon Sundblom, était le fils d’immigrants finlandais. Avant que Sundblom ne le réinvente, le Père Noël avait été un homme grand, beaucoup plus proche d’Odin. Les Finlandais ont conservé une image plus ancienne du maître de Yule pendant des siècles. Le Joulupukki ou « Yule Buck » est à l’origine une tradition païenne. Il est connecté à Odin et dit de porter un pantalon en cuir rouge et un manteau de cuir rouge bordé de fourrure. Mais Sundblom se souvenait aussi du père Noël jovial hollandais avec son manteau rouge et sa longue barbe blanche.

Quant aux elfes de l’atelier Pôle Nord du Père Noël qui travaillent toute l’année à fabriquer des jouets de Noël, c’est Alfheim, la maison des elfes. Et toutes les armes magiques et les bijoux des dieux et des déesses ont été façonnés déjà par des nains hautement qualifiés, qui ont habité dans la terre.

Dans l’Edda en prose, il existe la distinction entre deux sortes d’Elfes : Les Elfes lumineux et les Elfes sombres.

Ils ne sont pas situés dans les mêmes mondes ou dimensions.

Les Elfes lumineux correspondent aux Elfes cités dans la tradition ancienne, alors que les Dökkalfars, Elfes sombres sont dit habiter dans le monde souterrain.

Il s’agit certainement de l’équivalent de démons chtoniens, tandis que les Svartalfars ou Elfes noirs sont certainement les mêmes entités maléfiques chtoniennes. Différents des nains, qui sont dans la terre responsables des trésors situés sous terre.

Le monde chtonien désigne dans l’antiquité l’enfer, qui a été repris par le christianisme. Il n’est pas sous terre, mais dans les mondes astraux maléfiques.

Il y a une confusion dans la littérature, qui parle de façon souvent matérielle, de mondes qui sont en réalité des plans immatériels parallèles et séparés.

Les auteurs qui voient une influence chrétienne dans ces textes, se trompent certainement, car les forces maléfiques étaient évidemment connues de tous les peuples, même si les noms diffèrent.

D’autre part, les Elfes lumineux aussi brillants que le soleil, ne correspondent pas aux notions chrétiennes, pour qui toutes les divinités païennes sont maléfiques.

Les Elfes ont repris une dignité dans la littérature grâce à Tolkien, qui les présente comme des divinités immortelles aux grandes qualités.

Il a remis les runes « à la mode », et il a manifesté sa réprobation du fait que les nazis récupéraient les runes et la mythologie nordique en la pervertissant.

tumblr_myssd2BOjA1qiadpyo1_500

 

 

 

 

 

 

source Photo de Tolkien : Lien photo Tolkien

 

Les imbéciles qui essaient de faire croire que les esprits dans les romans de Tolkien seraient des allégories de Hitler,Staline, les juifs et autres, sont ignorants des pensées de Tolkien, et pourraient alors dire que les textes de zoologie qui parlent des moeurs des animaux sont des allégories cachées des humains.

Cela existe chez La Fontaine, mais Tolkien parle de fiction d’inspiration mythologique et il a toujours bien marqué publiquement ses positions face aux perversions nazies et racistes.