Anti Dumezil

Pour moi, l’approche de la spiritualité est une conséquence des perception extra sensorielles naturelles de l’humanité et non un résultat de suppositions intellectuelles des matérialistes pseudo historiens totalement ignorants (spirituellement), qui utilisent les mythes pour faire passer leurs tendances politiques en bâtissant des théories dans lesquelles ils essaient d’influencer la société suivant leurs tendances autoritaires et politiques. Tout cela afin de se bâtir un statut social et financier.
Les voyages dans les dimensions subtiles ont pu être exprimés par des humains qui les ont transcrits dans leur société, les « shamans » ayant essayé de s’exprimer, ce qu’ils ont dit a été transcrit par ceux qui les ont écoutés, parfois en ne comprenant pas, et leurs récits ont été la base de la création des mythes.
La comparaison des mythes révèle la continuité des expériences visionnaires de l’humanité mais aussi de l’expérience physiologique humaine (pas dans le sens de W. Reich et de sa pseudo bio énergie).
Parfois les mythes sont une façon des peuples de culture orale de garder la mémoire de faits qui se sont passés physiquement, mémorisés de façon poétique, mais généraliser ce fait est une extrême simplification d’un matérialisme militant et fanatisé.
Personnellement j’ai perçu Odin comme une sorte d’Elfe qui marchait en traversant un chemin entre deux parties d’une forêt finlandaise. On m’a dit que cela ne pouvait pas être Finlande, et que les mythes étaient en Scandinavie.
J’ai perçu que le Père Noël était un symbole finlandais et le même personnage. On m’a dit que le père Noël était une invention de Coca Cola.
J’ai alors cherché intellectuellement, et j’ai trouvé que le dessinateur pour Coca Cola Haddon Sundblom, était d’origine finnoise et finlandaise. Le lutin de Noël Julenisse et Odin sont bien deux origines de l’image du père Noël.
Et ne forment qu’un. Le fait de croire qu ’Odin est un dieu de guerre fausse sa nature qui est Elfique.
Tout ce qui est connu sur les Elfes est postérieur à la christianisation, et donc faussé. Pour retrouver la vérité on n’a pas d’autre solution que d’entrer en contact avec les divinités, dont ils sont une mémoire.
En français, reste le prénom Alfred, qui provient d’ elfe ainsi qu’Auvrey en Normandie.

Cependant, les elfes sont fréquemment mentionnés dans la phrase allitérative Æsir ok Álfar («Æsir et elfes») et ses variantes. C’était clairement une formule poétique bien établie , indiquant une forte tradition d’association des elfes avec le groupe de dieux connu sous le nom de Æsir , ou suggérant même que les elfes et Æsir étaient une seule et même chose.
De plus, dans le verset de Skaldic, le mot elfe est utilisé de la même manière que les mots pour les dieux
https://en.wikipedia.org/wiki/Elf

Les relations avec l’extrême droite de Dumezil : Charles Maurras (relation de 1918 à 1925 selon les biographes pro Dumeziliens, action française. Quotidien de droite « le jour ».
Les pro Dumézils arguent qu’il était membre de la droite « classique », qui admirait Mussolini, mais pas Hitler !
Quand on ressent dans ses théories une mentalité d’extrême droite cela suffit !
Il n’était selon eux pas anti sémite.
D’après Carlos Ginzburg, Dumézil était juif. (Comme Carlos Ginzburg que je soutiens) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carlo_Ginzburg

Lien interwiew Carlos Ginzburg Micro histoire

Dans ses dernières années, il (Dumezil) a été doué d’honneurs, y compris l’élection à l’Académie française en 1978. Dumézil est devenu une figure bien connue du public français, fréquemment citée et interviewée dans la presse populaire. Cependant, toute l’attention n’était pas la bienvenue et il attira les enthousiastes du mouvement conservateur et nationaliste connu sous le nom de «Nouvelle droite», dont Alain de Benoist (né en 1943), Michel Poniatowski (1922-2002) et Jean Haudry (b 1934), qui a pris l’idéologie trifonctionnelle comme modèle pour un ordre social anti-égalitaire, post-chrétien, qui se dit «euro-nationaliste». D’abord flatté par cette attention, Par la suite, Dumézil se distancie poliment de ces adeptes. Tout en reconnaissant qu’il était conservateur (un homme de la droite ), il a insisté sur le fait que son travail était strictement académique et n’avait aucun rapport avec ses convictions personnelles.
Parmi ses critiques les plus récents figurent Arnaldo Momigliano (1908-1987), Carlo Ginzburg (né en 1939), Cristiano Grottanelli (né en 1946) et Bruce Lincoln (né en 1948), qui pensaient que le lien entre l’érudition et la politique était réel. assez. De leur point de vue, Dumézil ne «reconstruisit» pas tant un système apparemment indo-européen de trois fonctions qu’il projetait sur la plus haute antiquité un modèle extrêmement conservateur de hiérarchie sociale qu’il privilégiait lui-même, comme Platon dans la République et Charles Maurras dans sa théorie connu sous le nom de «nationalisme intégral», et la société française avant la révolution de 1789, qui a été divisé en trois domaines ( trois états) qui correspondent aux fonctions de Dumézil. Dumézil répond avec indignation à de telles accusations, et ses adhérents, surtout Didier Eribon (° 1953), ont continué à défendre ses réalisations et sa réputation.