Anarchisme mystique

Leo_Tolstoy_1897,_black_and_white,_37767u

L’anarchisme mystique est une pensée politique qui unit une approche spirituelle et personnaliste du fait religieux aux principes de l’anarchisme politique.

L’anarchisme mystique s’est développé essentiellement dans la Russie du début du xxe siècle autour de l’écrivain Léon Tolstoï, le mathématicien Vassili Nalimov, le poète Gueorgui Tchoulkov, le professeur Apollon Andrevitch Kareline ou le philosophe et mathématicien Alexi Solonovitch.

Georges Tchoulkov publie le Manifeste de l’Anarchisme mystique à Moscou en 1906, dans la lignée des événements révolutionnaires de 1905 durement réprimés par Nicolas II. Marqué par l’œuvre de Fiodor Dostoïevski et celle de Léon Tolstoï, Tchoulkov va jeter les bases d’une pensée révolutionnaire aux dimensions tant politiques qu’artistiques, et dont l’idéal mystique se traduira par la forte importance accordée à une théosophie résolument holistique en tant qu’appliquée directement à la question sociale et ses différentes problématiques (politique, éthique, éducative, culturelle).

Tchoulkov écrit ainsi : « La lutte contre le dogmatisme dans la religion, la philosophie, la morale et la politique, voilà le slogan de l’anarchisme mystique. Le combat pour l’idéal anarchique ne nous mène pas au chaos indifférent mais au monde transfiguré, à une condition : que par ce combat pour toutes les libérations, nous participions à l’expérience mystique, à travers l’art, l’amour religieux et les musiques. J’appelle musique non seulement l’art qui nous ouvre à l’harmonie des sons, mais toutes les créativités fondées sur les rythmes qui nous font découvrir le côté nouménal (spirituel) du monde ».

Le caractère à la fois artistique, spirituel et éthique de l’anarchisme mystique se voit ainsi souligné comme caractéristique d’une approche multidisciplinaire du fait politique et des problématiques anthropologiques et sociales liées. Pleinement anarchiste, le courant revendiquera les visées libertaires d’autogestion et d’émancipation quant à toute autorité collective qu’elle soit politique, judiciaire, économique ou religieuse. La défense radicale de la personne humaine au nom de sa transcendance telle que proclamée par le Christ s’oppose à l’autorité autant qu’elle vise à organiser le corps social entier sur l’impératif de liberté intégrale au nom d’une plus haute spiritualité.

Néanmoins, l’alliance des deux versants, religieux ou mystique d’une part, anarchiste d’autre part a débordé du cadre strictement chrétien. En effet, via la fréquentation des œuvres de Tolstoï, puis au travers de la correspondance épistolaire qui s’ensuivit, le jeune Gandhi a intégré à son action politique et à sa philosophie morale certains aspects importants de l’anarchisme, enchâssés cette fois dans le cadre hindou.

Ce texte est tiré de Wikipédia

Cependant je n’adhère pas du tout à la suite de l’article qui parle d’anarchisme spirituel et Inde. Le système des castes est valorisé, alors que de mon point de vue, les castes sont issues de la ségrégation faite par les envahisseurs aryens (pour le coup les vrais aryens Perses) pour ne pas se mélanger avec les dravidiens originels, chez qui l’on retrouve les cultures non védiques et contestataires des castes comme le tantrisme.

A ma connaissance tous les véritables mystiques sont anarchistes, puisqu’ils ont expérimenté la transcendance, qui dépasse l’ego humain, et ont expérimenté l’Etre Unique, sachant que tous les êtres vivants ou non vivants sont des aspects et des expressions d’une seule identité qui est la divinité.

Aucun mystique véritable n’accepte qu’une hiérarchie soit établie, sinon un ordre provisoire imposé par la société ambiante, qui n’a pas de conscience ontologique de l’Etre.

Le sens véritable de l’anarchie étant le respect et la conscience de l’identité ontologique de tous les êtres.(Ce dont sont évidemment totalement inconscients les soi disant anarchistes matérialistes).

Cette conscience est effectivement la base de Sanatana Dharma de l’Inde ancienne, mais aussi de toutes les religions, qui ont été déformées systématiquement par des disciples inconscients de l’unité.

Non seulement, mais ils sont aussi ignorants du fait que « spirituel » signifie cet état de dépassement de la conscience sujet-objet pour connaitre l’essence de tout.