Gilets jaunes et pré révolution démocratique

IMGgrotigré

 

 

 

 

Il y a quelques temps, je me disais si cela continue il va y a avoir une révolution.

C’est un peu comme avant le 11 septembre, j’avais dit à une américaine : je sens qu’il va y avoir une guerre avec les musulmans. Elle est rentrée au USA et juste à ce moment là, les tours du World Trade Center ont explosé.

Ce qui est intéressant, c’est que le mouvement des gilets jaunes soit un mouvement sans chefs.

En France, les autorités politiques ont très peur de toute autogestion. Il y a le culte du chef.

Pour maintenir la hiérarchie sociale, il leur faut des chefs. Dès qu’il n’y a plus de chefs, c’est le chaos : pour eux, le risque de perdre leurs privilèges et devoir partager les richesses.

Comme on dit : 1% de la population mondiale possède 80% des richesses.

Les « chefs » c’est-à-dire les patrons, et les politiques qui les servent, ont besoin de conserver cette hiérarchie, pour maintenir ce statut d’injustice.

Il faut entretenir le chômage, pour avoir de la main d’œuvre pas chère.

Il faut décourager l’initiative individuelle, l’autogestion, quelle horreur, les ouvriers qui possèdent une usine et des richesses qu’ils produisent, qui sont également réparties entre ceux qui les produisent ! Pas besoin de patron qui vampirise le système.

Si on répartissait les 80% de richesses qui sont détournées et qu’on les répartisse équitablement, par autogestion responsable, il n’y aurait plus d’enfants ni d’adultes qui meurent de faim dans le monde.

Bien sûr, la justice est une utopie d’irréaliste.

Pour résoudre les problèmes de santé, il faudrait faire comme Cuba, qui n’ayant plus accès aux médicaments, avait développé une des meilleures médecines mondiales, sans argent.

Bien sûr, cela dérange les appels aux dons des laboratoires et des industriels du médicament, ainsi que les lobbies médicaux.

La culture vivrière, naturelle, dans un monde qui éviterait le plus possible de faire de grandes villes, avec une technologie réduite au minimum, mais bien gérée, qui permettrait de ne pas renoncer aux technologies d’avant-garde, mais en les adaptant pour créer un environnement naturel préservé, supprimer l’agriculture  intensive et l’élevage industriel. Tout ceci demanderait d’éliminer les requins industriels qui sont prêt à toutes les corruptions pour accumuler des bénéfices, au dépend des humains, des animaux des plantes et de la nature.

L’humain n’a pas besoin de vivre dans un monde artificiel, destructeur de toute vie sensée.

Les enfants s’épanouissent quand ils sont en contact avec la nature, les animaux et les plantes.

Pas dans un monde de compétition et d’égoïstes sans scrupules.

Ils n’ont pas besoin non plus de vivre dans un monde truqué, dans lequel on nie l’existence des fées et des âmes des animaux.

La pollution technologique détruit les défenses immunitaires, et même les capacités de reproduction des êtres vivants. Pourtant, on ne demande pas de rendre des comptes à ceux qui ont commis ces crimes contre non seulement l’humanité, mais contre tous les vivants.

L’origine des taxes et des impôts se trouve dans les sytèmes mafieux . Issus des gangsters , c’est à dire des guerriers qui , prétendant protéger la population, se sont mis à la racketter. Puis ils ont formé les systèmes aristocratiques, qui étaient des mafias organisées et définies « de droit divin », pour mieux écraser toute contestation. Bien sûr, je parle du principe de base du système. Il sera toujours justifié de différentes façons par les arnaqueurs des peuples. Cherchez à qui le crime profite, et décortiquez les systèmes d’exploitation, ce sont toujours les mêmes principes. C’est la supériorité prétendue de certains sur d’autres pour expliquer leurs  droits à avoir des privilèges.

Il n’y a aucune justification pour prétendre à la supériorité d’un être sur un autre.

Une âme de chat est t’elle inférieure à une âme humaine ? Pour L’univers, tout ceci est de la foutaise.

L’anarchie, c’est l’ordre moins le pouvoir.

A ne pas confondre avec : Anomie

Anomie

« Le mot correct pour une situation de désordre social, sans lois, sans règles, où les différends se régleraient par la seule violence physique (armée ou non), est l’anomie. L’anomie, néologisme durkheimien, est une dissolution des normes sociales, règles, lois, coutumes : cette situation peut être liée à une volonté de domination réciproque de plusieurs pouvoirs concurrents, à une réaction de désespoir face à une société moribonde.

À ce sujet, bien que anomie soit mieux adapté, le terme « anarchie » est utilisé systématiquement par les gouvernements pour indiquer une situation politique qu’ils ne maîtrisent pas (et qu’ils désireraient maîtriser), où leur pouvoir politique est en difficulté.

Anomie (en grec ἀνομία) a néanmoins un usage plus ancien, notamment dans le nouveau testament. Les exégètes lui donnent communément un sens similaire à celui de l’iniquité, notamment dans l’expression « mystère d’iniquité ».