Lovecraft .Commentaires sur la biographie de H.P.Lovecraft écrite par Michel Houellebecq.

lovecraft6

Si la religion était vraie, ses adeptes n’essaieraient pas de conditionner leurs petits dans une conformité artificielle, mais insisteraient simplement sur leur quête inébranlable de la vérité, indépendamment des milieux artificiels ou des conséquences pratiques.

H.P. Lovecraft

Selon le livre sur Lovecraft « Contre le monde, contre la vie » écrit par Michel Houellebecq, Lovecraft est matérialiste et athée. Quelques lignes plus tard, on change de dimension, pour un questionnement sur l’occulte. « Peut être bien, nous confirme t’il, que quelque chose se dissimule, et se laisse parfois apercevoir, derrière le rideau de la réalité… Qu’est ce qui nous fait penser que ces créatures aussi différentes soient elles de nous, manifestent en quelque façon une nature spirituelle ? ».

Ces constatations ne sont pas matérialistes, mais de l’occultisme réaliste.

Personnellement, j’ai l’expérience directe de l’astral, et ce qui est frappant, c’est de constater à quel point les mangas japonais reflètent ce monde astral. Je sais que c’est absurde, mais si vous pouvez observer ce monde, vous constaterez que c’est hallucinant et pas du tout logique ni intellectuel. De même la réalité des cauchemars de H.P. Lovecraft sont de fidèles reportages des voyages de son double astral dans les mondes maudits des entités inquiétantes qui le peuplent. Ces plans astraux ont leur reflet et leur matérialisation dans le plan physique. La médiumnité inconsciente de l’écrivain d’épouvante est souvent plus réaliste que ce qu’arrive à mettre en mots l’occultiste conscient, car il lui manque la plupart du temps la capacité d’expression littéraire.

En réalité, les légendes du Moyen Age ne sont pas des fictions mais des reportages sur le monde réel et ses cauchemardesques réalités… Evidemment, ce qui fausse la donne, ce sont toutes les divagations des ignorants qui croient qu’il y a un sens symbolique à interpréter. Mais l’autre monde et l’irrationnel ne font pas partie d’une réalité séparée, mais sont bien le même monde avec ses différentes couches de perceptions. Le mage Gurdjieff disait que l’homme est endormi, et que s’il prenait conscience soudain de la réalité, il deviendrait fou. Il y a des prises de conscience progressives à avoir.

Je ne sais pas s’il vous est déjà arrivé de prendre conscience que vous aviez rêvé vous rendre en un endroit dans lequel vous allez souvent en rêve. De nuits en nuits, parfois de façon éloignée dans le temps, vous vivez dans le même endroit, comme si la même histoire se continuait la nuit seulement, dans une autre dimension. Quelque soit ce que vous vivez à l’état de veille, le jour. Dans un autre registre, certains auteurs expliquent que lorsqu’ils écrivent, ils ne savent pas ce qu’ils vont écrire, et qu’ils découvrent au fur et à mesure l’histoire qu’ils écrivent. Certains expliquent que les personnages d’un roman se sont imposés d’eux mêmes, et obligent l’auteur à écrire leur histoire. Comme Henri Vincenot, par exemple, qui d’après lui a décrit des méthodes de construction de cathédrales qu’il ignorait dans son état « normal », étant en état de transe lorsqu’il écrivait.

Le fait que Lovecraft a peut être été inadapté à la vie matérielle et sociale ne signifie pas inadapté à la vie. Les visionnaires sont décalés car ils ne peuvent pas s’adapter à des cadres limités pour la vraie vie de l’âme et du corps astral. On peut remarquer que les romans dits d’épouvante se consacrent à l’évocation des forces du mal, car c’est ce qui peut provoquer la peur chez le lecteur. Or la pensée possède un pouvoir d’invocation. Les rituels de magie et de quelconque système religieux sont basés sur l’invocation, que ce soit par des systèmes de prières à des esprits (Dieu ou les saints, les divinités, sont des esprits), soit par des rituels codifiés et à un certain niveau, il suffit de penser à un esprit pour entrer dans son univers et le rencontrer. Si on peut vivre à volonté à la fois dans le monde apparent et accéder à volonté au monde des esprits, on est en quelque sorte mort. Car le monde conventionnel ne peut pas accepter l’éventualité que quelqu’un puisse vivre dans plusieurs dimensions en même temps. Pourtant cela n’a rien d’anormal car c’est la capacité naturelle de tout être vivant. Comme le monde matériel et social est un monde basé sur les apparences, tout y est faux. Les gens présentent une façade pour la montrer à la société, en cachant leur être intérieur qui est souvent empli de choses qu’ils ne veulent ni montrer ni avouer. Leur état produit des énergies dans l’atmosphère, et l’ensemble produit une sorte d’égrégore d’une ville, d’une région ou d’un pays. Le problème est que si on peut voir les esprits du monde invisible ou immatériel, il s’en suit qu’on peut voir les esprits qui se cachent derrière leur masque social et le corps humain dans lequel ils se trouvent fixés ou « incarnés ». Et cela peut être en réalité un film d’épouvante « au naturel » et au quotidien.