Esclarmonde de Foix, Eglise du Paraclet

Esclarmonde de Foix Parfaite de l’Eglise du Paraclet

esclarmonde

 

animated-candle-image-0022

Vous qui par le pouvoir du Paraclet, vous êtes détachée de votre forme matérielle pour transcender les plans du Démiurge, vous veillez depuis le plan causal sur les âmes terrestres qui cherchent leur être de lumière.

Assistez les anciens consacrés descendus dans le monde ténébreux combattre  l’ordre obscur, jusqu’à la redemption universelle .

AMEN.

Le (mal nommé)  » catharisme » n’est pas vraiment une religion, mais un état de conscience du mal et de son origine au niveau cosmique. Le monde du diable  est le monde que l’on voit. En franchissant la barrière qu’il constitue, l’âme peut accéder au vrai Dieu et au vrai Moi qui est l’unité. Dans l' »hindouisme » le diable a pour nom Maya, illusion magique. Dans le bouddhisme, Mara –

Les néo chrétiens, néo hindous et néo bouddhistes, c’est à dire les contemporains, ont été formatés par l’ordre obscur durant des siècles, et ont perdu la conscience des anciens.

Pour les Bons hommes et Bonnes femmes, termes qui viennent de la déformation de « Bogomiles », de même que « bougres »  provient de la déformation de « bulgares », il n’ y a pas de péché originel, ni de péché stricto sensu, car le créateur du plan astral, et étherico physique est un démon (une entité divine inversée). La notion du péché originel étant un stratagème pour culpabiliser le peuple humain et le soumettre à la loi démoniaque. Les animaux eux sont aussi victimes, mais leur âme lutte à leur façon contre l’emprisonnement démoniaque.

Les « bougres » ne peuvent donc pas prier un dieu extérieur, puisqu’il est le démiurge, que comme les bogomiles ils nommaient « Lucibel ».

Le Paraclet est l’esprit d’unité qui se situe au delà du monde du « Démiurge », et il se situe dans le coeur spirituel de l’humain, l’invocation n’appelle donc pas une divinité extérieure, mais la lumière interne , qui est omniprésente dans le plan causal.

Car suite à la déviation de la « création » du monde, (qui peut s’interpréter de façon métaphorique comme l’apparition d’un pôle contraire à la force créatrice originelle, le YING ET YANG des taoistes), le Divin a émané l’âme dans les êtres vivants, force divine qui les pousse à retrouver leur nature lumineuse.

La force lumineuse primordiale  ne peut pas être trouvée par des règles mentales, qui sont manipulées par l’ordre obscur (les forces au service du démiurge) , mais en trouvant en soi même la lumière de l’âme . Le seul « salut » est l’absorption de l’âme individuelle dans la lumière incorruptible.

Vu l’état de contrôle de l’ordre obscur sur les âmes, il n’y a que des mensonges qui sont dits en parlant des résistants de la lumière.

 A noter que pour les (vrais) gnostiques, il n’y a pas de fin du monde, mais une réintégration progressive de la matière et des plans intermédiaires dans la substance divine. Il n’y a donc aucun « nihilisme ». La croyance à une fin du monde étant dépendante d’une conception d’un temps linéaire, illusoire, et de l’inconscience des différentes dimensions, la plupart se trouvant au delà du plan matériel..

—————–

Maria-di-Magdalared

animated-candle-image-0015

animated-candle-image-0015

 

 

 

 

 

Comme la plupart des Gnostiques, les bougres bogomiles européens vénéraient Maria Magdalena comme l’incarnation du Paraclet. La divinité étant plus représentée par une femme, comme dans les cultes préhistoriques, la divinité créant le monde comme la femme crée les formes , la « nature » naturée.
Maria Magdalena qui incarne et conserve le rituel Hiérogamos, basé sur les paroles de l’évangile Gnostique de Thomas :
Irons nous dans le Royaume ?  Jésus leur dit : Quand vous ferez le deux Un, afin de faire le mâle et la femelle en un seul.

Quand l’homme et la femme arrivent à l’unité de l’âme et du corps, cela leur permet de réaliser l’unité de la divinité et de transcender la polarité.

Quand l’union de l’homme et de la femme restent au niveau social, dans un but de reproduction, ils ne parviennent pas à la spiritualité, qui est le véritable mariage, raison pour laquelle les gnostiques refusaient de considérer le mariage de l’église romaine comme un sacrement, n’étant que social et non spirituel.

Le fait que l’église romaine, sous l’influence de l’ordre obscur, dise que Maria est une prostituée, est une démonstration de l’ignorance et du mépris de la nature Divine qui est unité.