Kachina

Les kachinas (katsina, katchina) sont des divinités qui sont l’aspect spirituel du monde visible. Cela correspond à une certaine idée du monde du double.

Toute chose  terrestre possède un archétype ou prototype dans le plan spirituel (causal).

Pour moi le sens est presque identique à la notion de maître esprit de chaque espèce.

Ces notions proviennent du monde et de la cosmologie des indiens Hopis et Zunis d’Arizona.

Les danseurs rituels portant des masques pour que les divinités descendent chaque année sont trouvés dans tous les peuples. (Avant d’être détruits par les chrétiens et les autres fausses « religions » afin que les peuples perdent le contact avec le sens de leur vie. Résultat : un suicide collectif et la destruction de la planète). Ces rites servaient à maintenir la vie et le respect de la vie. Au japon, les traditions se sont maintenues parce qu’ils n’ont pas été christianisés.

On trouve la même chose dans les villages japonais, pour le même but. Cela n’a donc rien à voir avec des événements non globaux cités par Levi Strauss et ne s’applique pas aux enfants exclusivement.

Il n’y a pas non plus l’idée primaire de récompenser les enfants pour leur bonne conduite, mais de maintenir le contact avec le monde des divinités pour assurer au départ la fertilité des cultures dans les villages et la protection contre les maladies.

Les kachinas ne sont pas des poupées mais des esprits.

Le fait que les Hopis confectionnent des poupées représentant des kachinas pour les enfants, est certainement pour les familiariser avec le monde des Kachinas et leur enseigner la cosmologie de leur tradition.

Les êtres de la nature de toute espèce ont un Kachina, y compris l’esprit des plantes et des éléments.

C’est facile à vérifier, les masques des divinités au Japon jouent exactement le même rôle. Je suis allé dans un village de montagne où il y avait le tenpaku du village qui était Sarutahiko, et chaque année se déroule le rituel du Shimotsuki Matsuri, avec un chaudron d’eau bouillante, où un homme portant le masque du tengou Sarutahiko asperge les villageois d’eau bouillante, à mains nues car il est censé être possédé par le dieu. L’eau aspergée représente la bénédiction des divinités pour les villageois. La photo de couverture de mon livre « Traditions du Japon » est celle représentant le rituel.

—————

Shimotsuki Matsuri au Japon :

Tenpaku est censé tirer une flèche dans chaque direction pour chasser les démons et les forces contraires. Puis il purifie le lieu et l’assistance avec un Gohei

(御幣), avant de procéder à la bénédiction des villageois. Le feu lui même a été allumé de façon rituelle pour avoir la qualité spirituelle.


Cette deuxième vidéo montre le rituel jusqu’à l’arrosage d’eau bouillante. Et la réapparition du tenpaku. A noter que le feu est purifié. Les gohei qui constituent le ciel de papier sont habituels aux rituels shamaniques, et ne brûlent pas quand il y a présence de divinités. Ce sont des phénomènes paranormaux habituels dans tous les rituels Shinto. j’ai effectué moi même des rituels du feu, la présence des  divinités fait monter les flammes . Le village de montagne est celui de ma belle mère, et il a inspiré le film « le voyage de Chihiro ». Les personnages habillés en prêtres shinto sont des villageois, qui n’ont pas de fonction rituelle en dehors de la cérémonie.