Médecine pharmaceutique contre médecine naturelle

En ce qui me concerne, j’ai pu vérifier ce que disais Sri Aurobindo, que la plupart des maladies entrent dans le corps la nuit , en s’infiltrant dans l’aura. Plus jeune, j’étais en train de méditer parmi un groupe, une fille à côté de moi avait la grippe. J’ai nettement pu observer l’entité passer lentement de son aura dans le mien. A l’époque je ne pouvais pas l’empêcher.

Deux jours après j’avais cette grippe aussi.

A présent, je n’ai plus attrapé de rhume ni de grippe depuis des années. Je ne prend jamais de médicament chimique. Je prend des plantes pures et en faisant attention qu’elles ne soient pas dangereuses pour le foie.

Je n’ai rien coûté  à la sécu depuis ces 20 dernières années. Mais bien sûr c’est personnel et impossible à enseigner.

Mon corps n’ a jamais accepté d’antibiotiques, mais j’ai pu guérir de virus (soi disant) en quelques minutes avec des mantras.

Actuellement les américains commencent à se rendre compte que les antibiotiques détruisent la flore intestinale, et engendrent des maladies chroniques étiquetées « auto immunes ». Qui disparaissent dès qu’on réussi à rétablir des bactéries nécessaires à l’intestin.

Bien sûr, peu de gens sont capables de se guérir avec des forces spirituelles directement, et les plantes sont une option avec le moins de danger quand elles sont connues avec les connaissances traditionnelles des anciennes cultures. Qui sont détruites par la société matérialiste criminelle qu’on connaît.

La thérapie occidentale chimique n’est pas occidentale mais matérialiste. Les gaulois bien sûr connaissaient la nature et ses aspects spirituels, comme les Incas et d’autres.

Chaque personne est différente et il n’y a pas de système qui puisse convenir à tout le monde, comme les fascistes médicaux essaient de l’imposer. Il s’agit bien de fascisme.