Notes sur le documentaire sur Raspoutine passé sur Arte récemment

 

418px-Grigori_Rasputin_1916

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belle photo de Raspoutine, (public domain).

« La tsarine s’entoure de guérisseurs et de charlatans, bien qu’elle soit très religieuse ? »

Qui est capable de faire la différence entre guérisseur et charlatan ? Les « médecins » sont incapables de guérir le Tsarevitch et même de le sauver ponctuellement, ce que fait Raspoutine. Qui sont les charlatans, les « médecins » qui ne soignent rien , ou les guérisseurs qui arrêtent le sang de couler ?

L’accélération de cicatrisation est un phénomène banal pour l’énergie spirituelle. La religion orthodoxe est totalement corrompue, (voir l’analyse de Tolstoï sur le sujet). Le documentaire valorise la corruption.

Le moine errant : il n’a jamais été moine.

Il est allé au Mont Athos, il en dit que les moines sont nuls au niveau spirituel et que c’était inutile d’y aller.

Ce n’est pas un saint ? Le saint est une imagination religieuse entretenue par un système de manipulation corrompu, et non une réalité spirituelle. Raspoutine disait à ce sujet : «  il n’y a pas de saints sur la terre » . Cela sous entend différentes choses, mais en premier que ce sont les gens qui imaginent qui est saint. D’autre part les saints sont des morts.

Les soi disant saints le sont dans la croyance des gens par rapport à leur comportement quand ils étaient vivants, L’idée qu’on s’en fait n’est pas forcément vraie. Par exemple Gandhi battait sa femme et était violent. Le monde cache le vrai derrière l’apparence.

Il n’y a aucune mention d’agressions sexuelles sur des femmes par Raspoutine , mais des rumeurs de liaisons avec des femmes de la cour.

Raspoutine n’a rien à voir avec le déclin de l’Empire Russe, il essayait d’empêcher des catastrophes et de protéger les paysans russes. C’est l’aristocratie Russe qui était coupable

Et jalouse que Raspoutine influence le Tsar à ne pas faire la guerre. Ce sont les aristocrates qui sont des démons, et Raspoutine essayait de les contrer.Youssoupov n’est que mensonge, jaloux de Raspoutine qui avait la réputation d’être admiré par les femmes aristocrates, lui un Moujik.

Les assassins de Raspoutine étaient des homosexuels exibitionistes aristocrates, jaloux de l’image de virilité supposée de Raspoutine. Le phantasme sexuel est tel qu’il y a un musée qui exibe un sexe de cheval dans le formol, en prétendant que c’est celui de Raspoutine.

Le documentaire n’aborde évidemment pas le lien entre le magnétisme et la sexualité, voire des connaissances magiques de Raspoutine sur l’augmentation de la vitalité afin de guérir les maladies. Ces connaissances constituent encore un tabou, ,

Les Youssoupovs , en tant que plus grands propriétaires de terre et de richesse, étaient donc les plus grands exploiteurs du peuple des paysans, réduit en esclavage, avec le soutien de l’église orthodoxe Russe.

Le contenu des lettres de prédictions de Raspoutine est sûrement non prouvé, les lettres en question ne sont pas disponibles.

La description des évènements par Youssoupov  de l’assassinat est sujet à caution. Ecrit par Youssoupov lui-même pour manipuler l’opinion publique, et diaboliser encore Raspoutine. (Insensibilité au poison , aux balles, bref le diable lui-même).

La version où les espions anglais auraient participé et aidé Youssoupov dans le complot pour l’assassinat de Grigori Raspoutine, est très plausible pour moi aussi.

Finalement , à part quelques détails, comme de toujours appeler Raspoutine « le moine », alors qu’il était un Staretz, c’est-à-dire un mystique, le documentaire est bien meilleur que tous les torchons mensongers du passé.

On ne parle pas des recherches et liens de Raspoutine avec les Klystys, des gnostiques paysans russes, que Grigori Raspoutine a cotoyé, même si il semble n’avoir pas totalement adhéré à leurs pratiques.Mais il en était sûrement très proche, car il était conscient de la corruption de l’église orthodoxe, autant que celle des politiques.

Ses membres pensaient pouvoir vaincre le péché par le péché. Les khlystys considéraient la débauche comme une sorte d’étape purificatrice sur le chemin de la rédemption.( on déforme volontairement le fait qu’ils considéraient la répression sexuelle comme un dégât existentiel, vu que pour eux, la divinité était féminine, la Nature) Les khlystys rejetèrent les Écritures et la vénération des saints et croyaient en une communication directe avec un saint esprit, incarné en chacun. Cette idéologie gnostique s’accompagnait du rejet du clergé, mais les membres de la secte pouvaient librement se rapprocher de l’Église traditionnelle. Ils ne reconnaissaient pas la Bible orthodoxe.

Evidemment ce qu’on peut en lire est sujet à caution, vu que comme les cathares, ils savaient que le système politico religieux était un système totalitaire corrompu et démoniaque.

Ils le combattaient, comme toute âme sincère le fait.

Cette secte se prétendait l’héritière des rites ésotériques de la première Église orthodoxe russe, dont les pratiques subsistaient au fin fond des campagnes russes.

En réalité, la christianisme primitif était unit avec le shamanisme ancestral Russe.