Origine des termes Païen et paganisme.


BIRRENS

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est vraiment aberrant tout ce que l’on peut lire en France concernant les désignations et la sémantique.

Tout est manipulé. Il s’en suit incompréhension, conflits, enfermement dans des idées erronées, racisme, fanatisme, etc.…

Les catégories sont presque toujours construites dans le but de voiler le véritable sens des idées, pour dévaloriser une catégorie de citoyens et d’aliéner leurs droits et leur liberté de penser.

Le terme Païen, provient du romain pagus. Il désignait quelqu’un qui résidait en dehors de la cité. Il ne s’agit pas d’un terme lié seulement à la localisation, mais il contient un sens dévalorisant. Celui qui n’est pas dans le culte romain de la cité.

Lorsque le christianisme a été imposé de force, les nouveaux dictateurs ont repris le concept, pour dévaloriser les gens qui ne font pas partie de leur secte.

Donc quelqu’un qui pense librement à la spiritualité, sans passer par le lavage de cerveau collectif, sera insulté et traité de « Païen ».

Celui qui est né avec une perception des forces spirituelles, et qui les étudie, sera taxé d’hérétique, et ce système de pensée totalitaire continue au vingt et unième siècle.

En France, les médias de toutes sortes suivent ce schéma totalitaire, et les forums et débats vont bon train, qui parlent du risque de paganisation de la France ( ?) sous entendu qu’il y aurait des gens qui ne sont ni chrétiens catholiques, ni musulmans ni juifs, et qui sont donc dangereux, ce sont des  « autres », qui ne pensent pas comme tout le monde !

Il faut rester dans les catégories : rationaliste (mais qu’est ce que la pensée rationnelle, rationalisme est le nom d’une idéologie) agnostique, interprété comme quelqu’un qui ne croit pas dans le dieu judéo chrétien, alors que le terme signifie « qui ne connaît pas », la gnose étant la connaissance. Croyant, celui « qui adhère à la religion », mais si on voit la divinité directement, et qu’on ne croit en rien, où se situe t’on ?

Il faut arrêter les délires pervers, directement issus de l’inquisition.

Je ne suis pas païen, je pratique le culte celte de mes ancêtres, et je n’accepterais pas les insultes de quelque fanatisé religieux. La religion n’existe pas.

Plus la démocratie avancera, plus les gens quitteront les religions, pour adopter les divinités qui leur correspondent.

Et en particulier celles qui permettent de s’harmoniser avec la nature.

Le terme polythéiste n’est pas correct, chaque divinité étant multidimentionnelle, et intégre la totalité . (comme l’être humain, lorsqu’il s’accomplit spirituellement).

Un exemple de stupidité des définitions péjoratives, est que les cultes animistes sont tous monothéistes, puisqu’ils ont tous la conception d’une divinité ou d’un être fondamental dont sont issus les dieux, qui sont intermédiaires entre le un et les humains. L’animisme est aussi pantheiste, puisque tout est relié dans une unité fondamentale.

En réalité toutes les définitions proviennent de l’ignorance, car si on étudie les anciennes cultures, on constate que la notion de religion n’existait pas, et que tous les humains vivaient en suivant le cycle de la nature et connaissaient les mêmes divinités, qui étaient nommées de façon différentes, car le lieu, la langue, et les habitudes était différentes, mais le principe de vie le même. Ils pratiquaient le respect des ancêtres, car il pouvaient les voir et communiquer avec, ainsi il n’y avait pas besoin de croire quelque chose !

Dans ce sens, les religions pseudo monotheistes sont des sectes modernes (car intolérantes), ignorantes, et non traditionnelles, vis à vis de la culture humaine multi- millénaire.

Les raisons de l’intérêt grandissant pour les anciens cultes, est tout simplement la liberté apportée par la démocratisation du monde, qui est encore fragile et fragmentaire, mais qui avance.

Et espérons le, va continuer d’avancer.

Il n’y a pas de « néo paganisme », car les cultes anciens sont toujours vivants dans de nombreuses cultures de par le monde, et même en Europe ils n’ont jamais disparu, même si ils survivaient plutot discrets dans les campagnes.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire