Sorcellerie et féminisme

Actuellement, il y a une grande confusion sur le terme de sorcellerie. Le terme de sorcière a été récupéré par des féministes ou prétendues telles, pour faire croire que les sorcières auraient été des féministes, persécutées par le système patriarcal.

Les sorciers et les sorcières sont des êtres qui sont capables de sortir de leur corps pour manipuler les plans éthériques et le plan astral. Cela n’a rien à voir avec ce que croit la littérature. Au niveau des persécutions, les études historiques, montrent que la culture catholique a commencé par brûler les lépreux, dénoncés comme responsables de répandre du poison dans les puits et de vouloir contaminer la société pour prendre la place des rois et des aristocrates. Ensuite ce sont les juifs qui ont été accusés des mêmes complots, et brûlés.

Les hérétiques, comme les dits « cathares » ont ensuite, hommes et femmes, été torturés et brûlés. On disait que les «  cathares » vénéraient le diable sous la forme d’un chat noir, d’où le nom qu’on leur a donné, de cat en anglais.

Les guérisseurs et guérisseuses , les gens qui avaient des capacités de clairvoyance et de guérison (spirituelle), ont été de même persécutés, torturés et brûlés.

Michel Servet, un scientifique et astrologue, a été brûlé en Suisse, par les protestants, poussés par le gentil Calvin, qui en était très jaloux.

Luther, quand à lui, a poussé les aristocrates à tuer les paysans qui se révoltaient, ne pouvant douter que l’exploitation et l’oppression ne pouvaient pas être « la volonté de dieu ».

Les féministes ne semblent pas se soucier de rechercher la vérité sur la nature de la réalité, et préférer essayer de créer une sorte de guerre des sexes, afin d’alimenter des lobbies.

Les déesses « de la nature » (divinité de la nature n’a aucun sens) que je connais le mieux sont Freya et Frigga, qui sont détestées par les catholiques, au point d’avoir tué les chats dans toute l’Europe, dans le but de faire du mal à Freya. (ce qui a entrainé la prolifération des rats, et les pandémies de choléra).

Il y a encore beaucoup de gens qui croient que Freya et Frigga sont la même divinité, alors que leurs énergies sont totalement différentes. Le but des religions était de créer un monde dans lequel personne ne développe de capacités spirituelles et pourrait percevoir les plans subtils, ni entrer en contact réel avec les divinités.

Frigga est représentée nue volant sur un balai, dans la cathédrale de Schleswig, en Allemagne, alors que Freya est représentée volant sur un chat. Ces peintures sont destinées à les présenter comme des sorcières volantes, suivant la propagande catholique pour créer une fausse mythologie destinée à diaboliser les divinités. Ni Freya ni Frigga ne sont des sorcières, et étant des êtres spirituels n’ont pas besoin de balais ni de chat pour se déplacer.

d57648cc31c4f270106568ae9c6939560e90b61c_00

 

 

 

 

 

Dans le « néo paganisme » on représente souvent Freya et Frigga nues. Personnellement, quand j’ai vu Freya elle n’était pas nue , mais habillée. Elle était présente dans un but de protection, et n’avait pas quelque chose d’érotique. Ces notions sont dues à l’imagination des humains qui n’ont pas fait l’effort de communiquer avec ces divinités, qui sont très gentilles et bienveillantes. Frigga est très mystérieuse et elle aime protéger les couples. Elle est maternelle. Son animal messager est un hibou.

Ces mensonges répandus sur ces divinités,  préparaient l’époque du réchauffement climatique, car ils visaient à couper les humains de la relation avec la nature. On voit cette mentalité dans la « médecine » moderne mécaniste, occidentale, qui au lieu de chercher et d’utiliser des plantes médicinales, qui bien utilisées, permettent de soigner sans provoquer d’effets secondaires, essaie d’isoler des molécules et de les recréer chimiquement au lieu d’utiliser la plante entière. Ils osent appeler ce processus « purification ».

La plante n’ayant pas d’effet seulement chimiquement, mais ayant un esprit, ces molécules artificielles causent des dégats graves et empoisonnent les gens.