William BURROUGHS, Magicien et poète du chaos.

Une théorie peut être une arme, la transformation de la matière en énergie menace la planète…

Burroughs a écrit des dizaines de romans au cours de sa carrière, qui sont tous remplis d’images incroyables et hallucinatoires . Ecrivain  toxicomane, cherchant la voie dans le chaos.

Sa mère était médium. Il a eu la transmission d’une sorte de sorcellerie dans sa famille. Il a pratiqué la découpe du texte et des images de façon aléatoire, puis de les rassembler pour former de nouveaux motifs, pour destabiliser le langage et  trouver la vérité. Il s’est rendu compte que la réalité répondait à cette magie du chaos par des évènements concrets, qui semblaient programmés par des actes symboliques qu’il croyait aléatoires.

Cette technique a permis à Burroughs et à Gysin de mieux comprendre le code source de la réalité comme l’on fait les alchimistes et  les magiciens des siècles passés. Ces techniques de créativité chaotique ont été reprises par d’autres artistes comme David Bowie, Iggy Pop.

Les images qu’il a utilisées sont parfois issues de ses experiences de drogue, il a pris de l’Ayahuasca et s’interressait à Carlos Castaneda. Il pratiquait un grand nombre de techniques magiques, tenait un journal de ses rêves et pratiquait le rêve lucide (enseigné par Castaneda et les shamanes en général). Une autre technique  qui venait de Gysin, pratiquée par Burroughs est la machine à rêver (dream machine). Un cylindre en rotation qui vise à produire des visions.

Burroughs  découvrit les accumulateurs d’orgone de Reich, qui a été persécuté dans les années 50, son laboratoire a été détruit par le gouvernement américain et il a été  mis en prison. Il est mort après avoir été torturé et on lui injectait des produits chimiques. Burroughs soutenait le travail de Reich, et a construit son propre accumulateur d’orgone, dans lequel il fumait du kif et écrivait !

Comme les gnostiques, Burroughs voyait le monde comme un méchanisme de contrôle ou un piège. Il avait pour objectif de briser et détruire complètement le système de contrôle. Par contrôle, Burroughs désignait la nature de la réalité. Il est considéré comme un grand père du mouvement de la magie du chaos, qui est un mouvement artistique et magique moderne.

Il a pratiqué la magie du chaos dès  que le mouvement est apparu. Dans les années 1980, il s’est plongé dans les œuvres de Peter Carrol et a rejoint l’ordre des Illuminés de Thanateros.

Il a évoqué ses experiences dans ce domaine dans ses derniers romans, dans la dernière trilogie : Parages des voies mortes , Les Terres occidentales et Les Cités de la nuit écarlate.

La fascination de Burroughs pour le chaos datait de ses expériences occultes  avec Gysin à Tanger dans les années 50 et 60 et son intérêt pour l’utilisation des techniques de méditation bouddhiste qu’il avait apprises de l’enseignant tibétain Chögyam Trungpa dans les années 70. Dans les années 80, Burroughs découvre la magie du chaos et y trouve une discipline structurée qui réunit ses expériences précédentes.

Les dernières paroles d’Hassan Sabbah est un texte de Burroughs et un film experimental. Burroughs y dénonce les méchanismes de contôle de la société, ou de la société contrôlée par des parasites invisibles ?

– Les dernières paroles de Hassan Sabbah :

Oiga Amigos! Oiga Amigos! Paco! Enrique!

Les derniers mots de Hassan Sabbah,

Le vieil homme de la montagne!

Écoutez mes derniers mots, n’importe où!

Écoutez tous vos conseils, gouvernements, syndicats, nations du monde,

Et vous, pouvoirs derrière quelles affaires crasseuses consommées dans quels toilettes,  Prendre ce qui ne vous appartient pas,  Pour vendre vos fils pour toujours! Vendre le sol des pieds à naître pour toujours.

Je ne supporte pas les mots malades Les mots malhonnêtes Les mots d’amour pardonnent les mots de Jésus.  Je ne suis pas venu expliquer ou ranger.

Qu’est-ce que je fais ici avec les travailleurs, les gooks, les singes, les   chiens, les garçons de courses, les animaux humains?

Pourquoi est-ce que je ne viens pas avec le tableau et que je bois du coca-cola pour le préparer?

Expliquez comment le sang, les os et le cerveau de cent millions de personnes  plus ou moins de gooks se sont évanouis dans la pisse verte!

afin que vous puissiez utiliser les corps, les esprits et les âmes qui

n’étaient pas à vous, ne sont pas à vous et ne seront jamais à vous.

Vous avez le mauvais nom et le mauvais numéro!

  1. Luce Getty Lee Rockefeller

 » Ne les laisse pas nous voir, ne leur dis pas ce que nous faisons! »

Pas l’accord sur le cancer avec les Vénus, ni l’accord vert –

ne laissez pas cela sortir, catastrophe, catastrophe automatique.

Hommes de crabe! Des vers de bandes! Des parasites intestinaux!

Comme Burroughs, ce fier nom américain? Fier de quoi exactement? Voulez-vous tous voir exactement de quoi Burroughs doit être fier?

Le Mayer Caper, le battage médiatique de Centipede, Raquette de courte durée, le gimmick Heavy-metal?

Très bien, monsieur Burroughs, qui porte mon nom et mes mots enterrés tout le pour tout voir, à Times Square, à Piccadilly, Tout jouer, tout jouer, tout rejouer!

Tout payer, tout payer, tout rembourser! Écoute mon dernier mot, n’importe quel mot Écoutez, si vous valorisez les corps que vous vendriez toutes les âmes pour toujours, peu de temps, il ne reste que quelques minutes, gens de heavy metal bleus ne laissez pas cela sortir, ne leur montre pas le blues.

Est-ce que ce sont les mots de tous les puissants conseils, syndicats, des cartels de la terre?

Les grandes familles bancaires, françaises, anglaises, américaines, pressant l’air.

Vous voulez que Hassan Sabbah explique cela, ranger ça.

Vous avez le mauvais nom et le mauvais numéro. Regardez, pour cela vous avez vendu vos fils pour toujours? le sol des pieds à naître pour toujours Et vous voulez le nom de Hassan Sabbah sur vos sales affaires Pour vendre les enfants à naître?

J’efface toutes les formules et les directives des anciens de Minraud pour toujours

Je efface le mot pour toujours.
—————–