Le tombeau de Talbiot

Le christianisme est un ensemble de traditions qui ont donné une approche particulière de la spiritualité mondiale. De mon point de vue, c’est une voie qui a particulièrement mis l’accent sur la prière, et l’a approfondit. Ceci sans que cela ne soit une exclusivité, la prière a été une voie majeure de progression spirituelle dans de nombreux chemins.

Il y a une divergence d’interprétation de différents courants qui se sont revendiqués comme « chrétiens » au cours de l’histoire, et certaines branches ou « sectes » ont réussi à prendre le dessus, jusqu’à aller à exterminer les autres interprétations et leurs adeptes.

La majeure partie de ces courants chrétiens est basée sur des légendes, qui sont présentées comme des faits historiques à leurs adeptes.

Si l’on se base sur des textes gnostiques, qui ont constitués un des courants importants du christianisme ancien, et qui après avoir été persécutés, ont en quelque sorte ressurgit par les découvertes archéologiques de la bibliothèque de Nag Hammadi, le personnage de Jésus et de ses proches est différent , ainsi que son enseignement de ce qui a été présenté en Europe, par la branche catholique, orientée par la politique des aristocrates européens qui n’ont pas hésité à créer des légendes et à les imposer, afin de favoriser des pèlerinages hautement rémunérateurs pour leurs intérêts nationaux. Il y a également la dite « invention » des reliques des saints, un terme utilisé par les historiens pour désigner la soi disant découverte des reliques de différents saints. La France étant à ce propos très pourvue, puisque des légendes locales ont attribué les reliques de Marie Magdeleine, de saint Jacques le Majeur et d’autres corps de proches de Jésus, qui seraient détenus par des lieux de cultes français.

Les évangiles gnostiques parlent clairement de la relation de Jésus avec Marie Magdeleine, qui étaient considérés à la fois comme un couple spirituel et matériel par les gnostiques chrétiens. Ce fait met l’accent sur le fait qu’après la mort de Jésus, Marie Magdeleine aurait été le guide spirituel de ce courant, mais  que le christianisme naissant aurait dévié par la jalousie de certains disciples qui ne pouvaient accepter l’autorité spirituelle féminine, et auraient réussi à l’éradiquer. Il s’en suit que la relation avec la sexualité aurait été modifiée et que l’attitude envers la spiritualité féminine serait devenue opprimante. Reléguant les femmes à un rôle de subalterne, alors qu’au début Jésus aurait créé une voie non dualiste, qui aurait pratiqué une forme de sacralisation de la sexualité en vue de spiritualiser le plan intermédiaire , que l’on nomme « l’astral » maintenant. On retrouvait l’importance du couple spirituel et du rôle des « âmes sœurs » ou couples prédestinés dans d’autres courants du judaïsme à l’époque.

La découverte du Tombeau Talbiot amène sinon la preuve, un élément très fort qui ne fait que confirmer la possibilité que Maria Magdalena ait été la femme de Jésus de Nazareth, et qu’elle ait été enterrée dans le tombeau familial, avec Joseph, Jacques le frère de Jésus (ce qui a été prouvé scientifiquement). Ce qui ne peut être prouvé est que les noms des personnes, qui sont exactement ceux qui sont dans le mythe chrétien, soient vraiment les personnages de Jésus, Joseph , Marie, Marie Magdeleine et Jacques qui sont cité dans les différentes évangiles. Cependant d’un point de vue statistique, il est très difficile de nier la correspondance. Ceci indiquerait que les corps de saints attribués en France seraient des inventions, et que Jésus était bien marié avec Maria Magdalena,  que l’histoire de la résurrection physique de Jésus aurait été un mythe construit de toute pièces par certaines branches sectaires, alors qu’à l’origine ce qui comptait était l’accès au plan spirituel après la mort, et non une résurrection physique. Qui si elle était réelle, impliquerait que celui qui avait ressuscité serait visible pysiquement, tout le monde pourrait le voir.

Citation : Les experts font valoir que l’ensemble de prénoms du Nouveau Testament présent sur le tombeau de Talpiot serait trop spécifique pour qu’il s’agisse d’un pur hasard ou d’une coïncidence. En 2007, à l’issue d’une analyse poussée de la présence des prénoms dans la Jérusalem antique, Andrey Feuerverger, professeur de statistiques à l’Université de Toronto, a conclu que les probabilités de rencontrer un tel ensemble de prénoms — malgré le caractère courant de ces prénoms dans leur individualité à l’époque — étaient extrêmement faibles, à moins que ces prénoms ne correspondent à la famille de Jésus de Nazareth. Le film en arrive à la conclusion que les probabilités de ne pas être en présence du tombeau de Jésus de Nazareth sont seulement d’un sur 600. Autrement dit, il existe une probabilité bien supérieure à 99 % en faveur de la confirmation du tombeau de Jésus dans le Nouveau Testament. Les nouvelles découvertes archéologiques établissant un lien entre l’ossuaire de Jacques et le tombeau de Talpiot rendent désormais astronomique la probabilité qu’il s’agisse bel et bien du tombeau du Jésus historique de Nazareth.

Shimron ayant prouvé que l’ossuaire de Jacques est issu du tombeau de Talpiot, « ces données de preuve ne peuvent plus être ignorées, » affirme Jacobovici. « L’archéologie, l’épigraphie, les statistiques, et désormais plusieurs preuves chimiques tangibles nous confirment toutes la même histoire. Il s’agit sans doute de la découverte archéologique la plus importante de tous les temps. »

Source  de la citation: Lien découverte Tombeau du Christ