Enseignements des anciens gnostiques

Les gnostiques Chrétiens dans la tradition Simonienne ont enseigné que le Plérome ou «Plénitude» de Divinité avait une multitude d’émanations, qu’ils appellent des éons («éternels»). Ces éons représentent des attributs ou des qualités de la Divinité. Les éons sont représentés comme syzygysou paires mâles-femelles. La théogonie du gnosticisme fait partie d’un système symbolique au départ pour la pratique de la magie rituelle. Les différents éons et leurs rôles sont différents d’un système gnostique à l’autre. Dans le système Simonien, Nous (Esprit) et Ennoia (Pensée) émanent de la Monade, Sige (Silence), et Ennoia est identifié à Sophia (Sagesse). Dans le système Valentinien, Nous émane de Bythos et d’Ennoia, qui est identifié avec Sige, et Sophia est un éon séparé d’Ennoia et est considéré comme l’éon le plus bas. Secundus, Marcus et Ptolémée, les étudiants de Valentinius, ont introduit la distinction entre une Sophia inférieure (Achamoth) et une Sophia supérieure.(Ennoia), réconciliant les divergences entre les théogonies simonienne et valentinienne. Les divergences entre les différentes écoles de gnose ne sont guère importantes dans la mesure où les théogonies gnostiques sont des systèmes symboliques de magie rituelle plutôt que des récits généalogiques littéraux.

Dans le mythe gnostique, l’aeon Sophia tente de se reproduire  seule par émanation. En conséquence, elle donne naissance à un enfant bâtard déformé et handicapé. Cet enfant est né aveugle et muet. Il est dit être androgyne et avoir la tête d’un lion et le corps d’un serpent. Il est appelé par trois noms: Samael (« le dieu aveugle »), Saklas (« le fou »), et Yaldabaoth (« l’enfant passe à travers »). Cet enfant imparfait de Sophia était le premier archonte (« souverain »). Il est aussi appelé le démiurge (« artisan » ) parce qu’il est le créateur de l’univers matériel. Cet être imparfait, sorte de demi-dieu ou de dieu inférieur, est le Créateur mentionné dans la Genèse. Ainsi, le récit gnostique ne considère pas le dieu créateur comme le Dieu le plus élevé. Le créateur est une entité moindre, qui est représentée comme étant faillible et imparfaite dans toutes les écoles de gnose, mais aussi positivement mauvais dans les écoles gnostiques de la dernière génération, comme le séthisme.

Le démiurge est aveugle à l’existence des éons supérieurs, donc il se considère comme le Dieu suprême. Il dit: « Il n’y a pas d’autre Dieu avant moi. » Le démiurge a continué à créer le cosmos. Il crée les sept archontes (dirigeants) dans les cieux. Les archontes sont androgynes. Le démiurge les a créés par «  l’expression verbale». Il a ensuite créé un paradis pour chaque archonte. Chacun des archontes reçoit une sphère planétaire à présider. Les archontes ont alors créé des myriades de dieux et d’anges pour les servir dans leurs cieux. Les sept sphères planétaires, ou sept cieux, sont appelés Hebdomadaires (« groupe de sept »). Un compte répertorie les archontes comme Sambathas (Saturne), Yao (Jupiter), Sabaoth (Mars), Adonaios (Soleil), Elaios (Mercure), Oraios (Lune) et Astaphaios (Vénus). Il est à noter que les noms hébraïques sont conservés.

Compte tenu des associations des dieux aux planètes , comme les mythes hébreux proviennent des sumériens, on peut penser que la gnose continue ces anciennes traditions.

En plus des sept cieux, correspondant aux sphères planétaires connues des astronomes antiques, il y a le huitième ciel, le royaume des étoiles fixes. Ensemble, ces huit royaumes et leurs archons correspondants sont appelés Ogdoad («groupe de huit»). Certaines traditions gnostiques réservent le terme «Ogdoad» au royaume du Plérome, tandis que d’autres se réfèrent au huitième royaume comme lieu d’habitation du principal archon, Yaldabaoth.

Le démiurge a ensuite créé la Terre avec l’aide des archontes. Ils ont créé le Jardin d’Eden et le premier homme et la première femme, Adam et Eve. Les archontes ont interdit à Adam et Ève de manger du fruit de l’Arbre de la Connaissance ( gnose ). Le sage serpent, un type de Christ (Max Théon disait « la force d’évolution »), a convaincu le couple primitif de désobéir aux archontes. Quand les archontes réalisèrent ce qu’ils avaient fait, ils chassèrent Adam et Eve du paradis et les maudirent. Le reste du récit diffère d’un compte à l’autre. Un récit dit qu’une guerre a éclaté dans les cieux et que Sophia a jeté les sept archontes sur Terre. Des récits plus tôt ont indiqué que l’évangile avait été auparavant prêché dans les sept cieux et que le démiurge et les sept archontes avaient déjà été convertis au christianisme gnostique avant l’incarnation terrestre du Christ.

Les humains sont censés être créés par les archontes, en ce qui concerne nos corps matériels, mais aussi avoir une étincelle de divinité en nous qui a son origine dans le Plérome. L’âme humaine était considérée comme une étincelle divine d’Ennoia ou de Sophia. La Sophia supérieure correspond au Soi supérieur (Atman, causal) et la Sophia inférieure correspond au Soi inférieur (Vital, astral). Les âmes sont actuellement piégées dans un cycle de réincarnation dans le royaume inférieur. Cette notion de réincarnation ou «transmigration des âmes» est appelée métempsychose. Tandis que l’âme humaine traverse diverses incarnations dans ce monde, les gnostiques enseignent qu’elle ramasse des «appendices» ou des esprits démoniaques en chemin. Ces esprits s’attachent à l’âme et sont la cause des passions animales. (le « groupe cosmique » de  Max et Alma Théon ,enseignait que l’être psychique « réincarne des forces », donc des énergies selon ce qu’elle a developpé durant sa vie, cela peut être des forces du vital, astral, ou des forces spirituelles, qui se présentent comme des « degrés de lumière » – des sortes d’êtres lumineux qui sont des doubles de la personne, que la personne reçoit souvent au cours de son incarnation présente. Mais ce sont des êtres qui sont composés de la lumière qu’elle avait accumulé dans une vie passée contemplative. Lorsque j’étais dans le groupe cosmique, j’ai pu voir de ces êtres de lumière descendre dans certaines personnes -). Mais la réincarnation n’est pas si mécanique ou rapide que dans les croyances hindoues ou bouddhistes actuelles)

L’âme en nous est donc une étincelle divine avec de nombreux appendices démoniaques ou autres qui correspondent à des passions animales ou des acquis spirituels. Pour atteindre la gnose, l’âme doit être débarrassée des appendices démoniaques laissés par les incarnations précédentes.  L’âme souffre dans ce monde jusqu’à ce qu’elle atteigne l’illumination, la gnose et retourne au Plérome. En fin de compte, toutes les âmes seront rachetées et réincorporées dans le Plérome, accomplissant l’ apokatastasis («restauration universelle») de toutes choses.