Sur Mirra, Aurobindo, Théon la terminologie.

Comme je lisais des textes en anglais sur les expériences de Mirra Alfassa et d’Aurobindo, de Théon, je suis toujours consterné des absurdités qui se racontent.

Par exemple :

Il est à noter que Sri Aurobindo et la Mère ne sont jamais entrés dans le samadhi, conçu comme un état de transe inconscient. Trance, dit la Mère, n’est pas nécessaire car c’est le signe de la non-individualisation, où la conscience n’est pas complètement éveillée. Comme l’a expliqué Théon, les gens entrent en transe seulement lorsque les liens avec certaines zones intermédiaires sont manquants ou inexploités. Dans le cas de l’expérience de la mère pendant son séjour avec Théon, le corps était en transe », mais la partie qui a l’expérience ne se sent pas privée ou manquante. L’expérience vient avec une plénitude de vie, la conscience, l’indépendance, l’individualité. « 

On est là face à l’ignorance totale de la nature des expériences mystiques. La transe est le changement de l’état de conscience lorsque l’on passe d’un corps subtil à l’autre. Lorsque l’on est assez conscient, la conscience est toujours la même, et peut passer d’un plan à l’autre sans risquer de s’endormir. Le Samadhi est un terme Yogique qui désigne les différents degrés de l’union avec la présence divine.

C’est bien sûr impossible de connaître le Samadhi si l’on n’a pas une conscience avancée. Les premiers degrés de Samadhi, sont l’union avec la présence/force spirituelle avec forme (c’est-à-dire en gardant notre individualité). Ceci est nommé Savikalpa Samadhi. La fusion où la conscience individuelle, ou Atman, se retourne et fusionne avec la conscience cosmique, est nommée Nirvikalpa Samadhi. Cette conscience est un état de conscience totale où l’on perd l’individualité, mais on est supra conscient et omniscient.

Dans ce texte il y a une erreur fondamentale, on confond la transe avec le sommeil. Personnellement, j’ai eu l’expérience du Nirvilkalpa Samadhi à l’âge de 23 ans, et j’en ai 60 (comme Madonna !).

Mais bien sûr qu’Aurobindo avait cette expérience, il a même expliqué que l’expérience de la conscience cosmique était réelle, mais que ce n’est qu’un des aspects de la divinité.

Sri Ramakrisna était tout le temps en Nirvikalpa, et avait du mal à revenir « dans son corps ». Il y a une transmission entre Sri Ramakrisna et Sri Aurobindo. Les gens croient que c’est Gandhi qui a permis la libération de l’Inde. Mais Sri Aurobindo a dit que c’est la force spirituelle de Sri Ramakrisna qui était le pouvoir derrière la libération de l’Inde. Lorsque Aurobindo était emprisonné par les anglais, il a eu la visite de Vivekananda, le disciple de Ramakrisna, en corps subtil. C’est à ce moment qu’il a reçu la transmission de la lignée de Ramakrisna, qui était un Avatar. Comme Swami Vivekananda était un Vibhuti (émanation) d’un des 7 sages qui résident à la limite du sans forme.

Bien sûr la plupart des gens ne voient que les apparences, mais la véritable histoire se passe dans les plans spirituels et occultes. Malheureusement, c’est presque impossible de le mettre en mots.

Il faut aussi tenir compte que quand Mirra et Aurobindo parlent d’inconscient, ou de subconscient, ils parlent de zones occultes, et que cela n’a rien à voir avec les concepts que l’on trouve dans le matérialisme « psychologique » occidental.

Il s’agit de ce que Théon appelais les degrés de la substance cosmique, les couches de l’univers. Dans ce cas, la terminologie du groupe Cosmique était précise, malgré la bizarrerie des termes employés, pour parler de ce que l’on ne peut pas vraiment exprimer avec des mots !

Quand j’était dans le Groupe Cosmique, la personne qui le dirigeait avait la capacité de sortir de son corps de façon très dense, selon elle, elle pouvait aller voir Pascal Thémanlys à Jérusalem, et faire la vaisselle chez lui.

Je ne comprenais pas ce qu’elle disait. Elle ne connaissais pas la conscience cosmique, et se posait beaucoup de questions sur ce que j’avais vécu, pourtant bien connu des yogis.

Chaque tradition et culture a des expériences que d’autres formes de mystiques, ne connaissent pas forcément.

Les mystiques avancés n’arrivent pas forcément à communiquer leurs expériences. Les plus avancés que j’ai rencontré dans ma vie, étaient incapables de communiquer avec les gens. En Inde, il y avait tout un système social qui leur permettait de s’incarner, et c’est le système qui gérait, leur relation étant condifiée par la société. A présent ce n’est plus possible.

Les mystiques les plus avancés ont le plus d’épreuves. Non pas qu’ils le désirent, mais ils prennent le mal qui est autour d’eux.Comme ils n’ont pas la séparation de l’ego.

Je doit préciser que je ne suis pas du tout d’accord avec les affirmations et croyances des disciples de la Mère en ce qui concerne Max Théon. Il est évident qu’il n’a rien d’un Asura, et que Mirra a volé le symbole du Groupe Cosmique pour en faire le symbole d’Aurobindo. Ceci en présentant une mythologie qui la valorise tout en descendant Max Théon. Aurobindo lui même a repris des concepts et terminologies que Théon avait développés. Quand j’ai été dans le Groupe Cosmique, j’ai compris qu’il avait dû y avoir de forts conflits d’ego dans ce groupe. Les « disciples » de la Mère actuels prétendent même que Théon aurait proposé le mariage à Mirra (alors qu’ils étaient tous deux déjà mariés), ce qui me parait absurde, vu l’importance de l’idée des âmes soeurs et de la dualité d’être pour lui.

La dirigeante du Groupe Cosmique disait que c’était Mirra qui aurait eu des vues sur Théon ! Il est vrai qu’après, elle a trouvé Sri Aurobindo,  elle exprime elle même la ressemblance entre Théon et Aurobindo, y compris dans leurs conceptions du monde. On doit tenir compte du fait que ces femmes étaient jeunes et des personnalités fortes et assez ambitieuses.

Max Théon était très secret et il a fui les contacts des sociétés initiatiques aussi bien que les activités publiques. Ce qui se comprend quand on a une véritable conscience des forces qui dirigent ce monde, et qui sont hostiles à la vérité.

J’ai l’impression quand je lis ce qui s’écrit actuellement, que les « disciples » de la Mère, aussi bien en Inde qu’en occident, sont en train de créer une espèce de religion imaginaire en déformant de plus en plus les faits historiques.

Le fils de la Mère disait déjà que les dates de naissance du frère de Mirra (Mathéo) données étaient fausses. Maintenant ils parlent de Théon comme du « vibhuti » de l’asura de la mort… Bientôt ce sera la réincarnation de Mickey Maus.

On trouve sur Wikipedia sur Théon toujours des absurdités, en plus ils ont mis une des photos que m’avais donnée la dirigeante du groupe Cosmique et que j’avais prétée à quelqu’un une fois pour fournir une photo à quelqu’un qui voulait soi disant écrire un livre sur Max Théon…

On lit encore que Alma Théon avait initié Mirra au channeling (?), on a vraiment affaire à des malades mentaux. Alma comme la mère sortaient de leur corps à volonté, ce qui n’a rien à voir avec le « channeling », qui n’est qu’une forme de possession par l’égregore « New Age » américain, mélange de protestantisme et de Théosophie à la Bailey. On est dans les bas fonds du bas astral avec de telles conceptions. C’est là la possession asurique dans le vrai sens du terme.

Alice Bailey avant la guerre présentait Hitler et Mussolini comme les représentants des forces divines, précurseurs des maitres ascencionnés du New Age, et elle avait nommé son organisation « Lucifer Trust ». Qui existe toujours en ayant un peu modifié le nom. (Lucy Trust, consultant à l’ONU)

Effectivement il y a une volonté de créer un fascisme mondial qui est manipulé par les protestants américains. (leur retour du Christ est l’Asura . C’est facile pour les démons de se déguiser en dieu, saint ou n’importe quel prophète).

Aurobindo était anarchiste (dans le sens du gouvernement de chacun par lui même, et non des fous qui posent des bombes, qui sont en réalité des fascistes), ainsi que Théon, ce qui va dans un sens très différent (défense de la liberté individuelle) de tous les courants ésotériques et secrets qui sont pour la plupart royalistes ou fascistes. Comme la plupart des membres des religions établies. Le concept du supramental est justement que la totalité de la divinité est contenue dans l’être psychique (âme) de chaque être. Il n’y a pas de sauveur non plus pour Max Théon pour qui le dieu intérieur de l’homme contient toute possibilité d’évolution et de développement.

Ce qu’Aurobindo  a repris dans le concept du « supramental » (ou Gnose, précise – t’il lui même) qui était nommé « pathétisme » dans le Groupe Cosmique.

Il y a peu de chances que ces concepts soient compris par les soi disant disciples de ces instructeurs. Théon se nommait lui même « un évoluteur », quelqu’un qui est là pour aider les autres à évoluer. De même Aurobindo refusait d’être considéré comme un Guru (dans le vrai sens du terme , hindou).

Selon les disciples modernes de Mirra Alfassa, Théon serait une émanation de l’Asura de la mort. Dans ce cas il n’aurait pas enseigné une voie pour rétablir le monde dans la divinité originelle. Mirra considérait Alma Théon, la femme et âme soeur de Théon (en dualité d’être selon la terminologie du Groupe Cosmique), comme un être divin. Comment  pourait – il se faire qu’elle aurait eu pour âme soeur un asura ? L’Asura étant dans la tradition Indoue un démon ennemi des dieux, et pour Aurobindo, les Asuras sont des démons du plan mental.

Les Raksashas étant des démons du plan vital (astral). Aurobindo pensait que Napoléon, était un Raksasha incarné sur terre. Ce qui lui donnait certains pouvoirs. Il a causé la mort d’un grand nombre d’êtres humains, rétabli l’esclavage…

lThéon_54