Arbres et dieux. Spiritualité naturelle

artfichier_)

 

 

 

 

 

 

 

 

Les religions dites du livre, ont séparé les humains de la nature en incitant à la violence contre le monde naturel, jugé inférieur. Ils ont enseigné à dominer la nature, au nom d’un dieu unique imaginaire.

En réalité toutes les traditions anciennes dites animistes ,polythéistes – ces termes étant orientés dans un sens péjoratif , dans le but politique d’imposer un système de pensée de type colonialiste – toutes ces traditions anciennes avaient une conception aussi monothéiste mais intégraient que l’univers spirituel était composé de différentes dimensions. Ces dimensions étaient représentées en général par un arbre cosmique, métaphore de l’univers multidimensionnel

Actuellement on continue à essayer de séparer l’humanité de la nature en continuant à nier ces anciennes traditions que pratiquaient nos ancêtres.

On invente des histoires pour faire croire que le sapin de noël et le personnage qui y est associé a été créé par une firme de boissons sucrées, puis que c’est du catholicisme de l’est de la France, en prenant soin de ne pas faire penser que l’Allemagne proche avait la tradition de l’arbre sacré Irminsul , qui a ses racines dans la tradition germano nordique.

Et que les divinités étaient en relation avec un arbre.

On sait que la guerre des Gaules de Jules César disait que les « gaulois » croyaient (ou voyaient ?) qu’il y a des dieux dans les arbres. Ce qui a fait que les légionnaires avaient peur de couper les arbres gaulois, au point que César a dû couper lui-même un arbre pour montrer à ses légionnaires qu’il n’arrivait rien si on coupait un arbre.

Les romains disaient que les chrétiens dans les catacombes de Rome sacrifiaient des enfants à leur dieu.

De même les chrétiens, devenu continuateurs des romains – et le pape a continué à porter le titre des Césars, souverain pontife –  pour séparer les gens de la nature et prendre le pouvoir politique, ont repris le même argument sur le sacrifice humain. Les conquistadores pour pouvoir piller l’or des Incas, des Aztèques et des Mayas, ont utilisé le même argument, pour justifier leur oeuvre « civilisatrice » de massacreurs d’indiens et de civilisations. Les interprétations sur les traditions amérindiennes qui ont toutes été écrites par des religieux catholiques, sont remises en question par les historiens qui sont à présent issus des populations amérindiennes, auxquelles les colons ont longtemps interdit tout accès aux disciplines dites académiques en même temps qu’ils leur déniaient tout droit social.

Les valeurs et concepts anciens concernant les arbres sont issus en général d’une capacité que les anciens avaient de percevoir les forces spirituelles de la nature et leurs connaissances des divinités et des esprits.

Sous l’effet des religions matérialistes, il a été interdit aux humains de voir les forces spirituelles et les divinités. A force de lavage de « cerveau », en fait de conditionnement mental et de création d’un égrégore artificiel pour voiler le monde subtil naturel, les humains ont fini par ne plus percevoir le vrai monde.

Comme l’enseigne le Don Juan  de Carlos Castaneda, depuis la naissance, les adultes répètent à l’enfant leur vision du monde jusqu’à ce qu’il se mette à percevoir la même chose.

Les structures mentales des enfants sont orientées, jusqu’à imprégner leur corps astral pour qu’il se connecte à l’égrégore collectif, qui va faire une pression de plus en plus énorme sur l’esprit de l’enfant.

Evidemment il y a toujours des réfractaires, qui continuent à voir des esprits ou des forces spirituelles, malgré le lavage de l’esprit naturel, pour le faire ne percevoir que le monde conventionnel.

Il arrive que lorsque les gens, mêmes adultes, sortent de l’égrégore, en se rendant dans un pays ou une culture dont les structures mentales sont différentes, que leur perception commence à s’ouvrir à d’autres dimensions. Ainsi des occidentaux qui vont en Inde se mettent à entrer en transe, ce qui a été nommé « le syndrome de Calcutta » par les psychologues, qui sont là pour faire réintégrer les occidentaux dans l’égrégore conventionnel lorsqu’il arrive que l’égrégore manifeste une faiblesse.

Les « spécialistes universitaires » sont chargés d’interpréter le monde , avec tout un arsenal sémantique, pour que les gens ne puissent pas sortir de la perception du monde bornée par l’égrégore ( l’égrégore matérialiste et religieux étant tous deux un seul système bien rodé de manipulation mentale). Toute perception spirituelle sera interprétée comme imagination, sans que la nature de l’imagination ne puisse être réellement connue. Maintenant on arrive à un niveau de stupidité sans égale, où tout est conçu comme produit par le cerveau, un organe physique.

Le système nerveux étant en relation directe avec le corps astral, leurs relations sont utilisées pour renforcer la croyance du «  tout est produit par le cerveau ».

Le système matérialiste a créé la psychologie, le subconscient et l’inconscient, afin de pouvoir ranger n’importe quelle perception subtile dans une case programmée par l’égrégore et pouvoir enfermer les gens qui ne perçoivent pas le monde de façon normalisée par la religion matérialiste ou par le système pseudo scientifique dominant. (Les vrais scientifiques ne sont pas « matérialistes).

Il était estimé que l’arbre de vie était le centre du monde. On croyait qu’il reliait le ciel et la terre, représentant une connexion vitale entre les mondes des dieux et des humains. Les oracles, les jugements et d’autres activités prophétiques s’accomplissaient à son pied. Dans certaines traditions, l’arbre était planté au centre du monde et représentait la source de la fertilité et de la vie terrestres. La vie humaine, selon les croyances, en était issue; son fruit conférait la vie éternelle; et si on l’abattait, toute fécondité disparaissait.

En fait, tout est métaphorique et parle de choses qu’on ne peut pas réduire au plan physique. Les historiens interprètent toutes ces choses comme si les anciens étaient des abrutis qui croyaient n’importe quoi, pour la seule raison que leur façon de s’exprimer était différente.

Le ciel et la terre sont des métaphores des plans spirituels et du monde physique, donc ce sont bien des métaphores d’une connaissance métaphysique inaccessible aux contemporains qui ne fonctionnent plus qu’au niveau uniquement mental.

L’arbre du monde étant un symbole du monde spirituel, il constitue une métaphore des forces divines et de l’univers, le fruit donne l’immortalité, c’est-à-dire une connaissance de la substance causale de l’univers, qui est incréée, et immortelle.

Le fait de relier le monde physique (l’arbre qu’on voit dans ce monde), et son symbole métaphysique permet d’orienter l’esprit humain à déchiffrer le symbolisme du monde, qui est issu d’un état de conscience supérieur. Quand l‘humain perçoit ses propres corps subtils, il perçoit à l’extérieur de lui-même le monde dans les mêmes dimensions qu’il a placé sa conscience.

Si il est dans son corps astral, il perçoit l’astral du monde.

Si il atteint sont corps causal, il perçoit toutes les dimensions en même temps, puisqu’il n’y a rien de caché à sa perception.