Fudo Myoo

Un protecteur de base fondamental dans le shamanisme japonais est Fudo Myoo. Il provient des écoles tantriques hindoues (Chanda Maharoshana). Son culte s’est tellement développé au Japon qu’il est devenu la divinité principale des mystiques adeptes du GYO, mode de pratique de l’entraînement spirituel de différentes branches, cela va des écoles bouddhistes Shingon Shu, Tendai Shu, aux Shugenjas (bouddhisme d’ascèse dans la montagne), aux divers shamanismes, Ninjutsu et arts martiaux.
Il existe différentes façons de prononcer et diverses versions concernant les syllabes du Mantra, je donne celle qui se trouve dans mon manuel :
Nomaku Sanmanda Basara Dan Senda Maka Ro Sha Na So Wa Ta Ya Un Ta Rata Kan Man

La différence entre la pratique des bouddhistes et du shamanisme, est que les shamans ne passent pas par une doctrine, ne reconnaissent aucune autorité religieuse, et s’adressent directement aux divinités, sans prêtres ni dogmatique.

Tout passe par l’expérience directe et l’entrée dans le monde invisible.

Il faut comprendre que c’est très différent au niveau de l’effet. Car n’ayant pas de doctrine, il n’existe pas d’induction. Les doctrines religieuses produisent une induction, qui oriente les structures mentales de la personne. Ces structures mentales vont orienter l’experience spirituelle dans le sens voulu par l’Egregore religieux.

Si on pratique sans adopter ces sructures mentales orientées, on va avoir une experience en général plus directe et plus intense. Certains disent qu’on ne peut pas atteindre l’extase par le bouddhisme, et que seuls peuvent atteindre l’extase, ou la félicité, ceux ou celles qui suivent la voie shamanique.

Par exemple, les lamas tibétains ont récupéré les pratiques des shamans bön Jankris. Mais ils ont suivi le système de moines qui prévaut dans le bouddhisme, qui est un système patriarcal, basé sur le renoncement au désir.

Ces conceptions étant anti naturelles, créent une perversion de la force vitale qui ne peut se développer normalement.

L’extase et la félicité proviennent de la capacité fondamentale de l’âme à fusionner avec l’énergie cosmique. Mais les structures mentales des moines, créent un barrage à l’énergie et donc à cause de cela il ne peuvent accéder à la vérité de l’univers.

Il découle de cette conception, que les gens qui suivent une voie patriarcale et qui oppriment les forces féminines, deviennent pervers et ne peuvent accéder à la vie mystique.

Dans le shamanisme japonais, la plupart des shamans sont des femmes, et elles continuent l’ancienne voie qui a été opprimée par le système patriarcal.

C’est la raison pour laquelle il y a une grande différence d’orientation, et que les leaders bouddhistes détestent en général les femmes shamanes, qui sont les descendantes des anciennes Mikos.

Fudo myoo était  considéré comme l’homme et Aizen Myoo la femme dans l’école hérétique Tachikawa Ryu, qui mélangeait l’onmyodo, la divination taoiste et les pratiques tantriques Mikkyo.