Désintox : Diana Lucifera (Luna) et son frère Apollo Lucifero

J’aime bien faire une différence entre l’existence des (vrais) démons et les erreurs sémantiques et de compréhension sur la pensée des anciens, qui est entretenue pour manipuler la population.

C’est aussi une façon d’empêcher la population de prendre conscience de l’existence de forces astrales qui sèment la souffrance et l’inconscience sur toute la planète.

La Diane romaine est une variante de la déesse Luna, qui est la divinité de la lune. Au départ, il semble que les divinités pré olympiennes, étaient les personifications des éléments naturels, ou la personnification de l’intelligence de la nature qui contrôlait les éléments et les astres.

La lune brillante apportait la lumière dans l’obscurité de la nuit, ce qui est le sens de Lucifera. Diane Lucifera est donc la transcription de la déesse Luna, la lune brillante qui éclaire le ciel la nuit. On peut la représenter comme une femme avec une torche. Son frère le soleil, est identifié au dieu du soleil Apollon, qui est aussi un porteur de lumière, Phosphoros en grec et Lucifero en latin.

Lucifera et Lucifero parlent donc de la luminosité du soleil et de la lune, et n‘ont donc rien à voir avec les erreurs sémantiques introduitent dans le christianisme (ou néochristianisme) contemporain.

Sauf que cela répand de la confusion lorsque certains auteurs utilisent le nom Lucifer, au lieu de Apollo Lucifero, à cause de la confusion sur le terme introduite volontairement par Jérôme de Strabon pour dévaloriser l’évêque Lucifer.

Dans la Grèce antique, l’objet le plus brillant du ciel avant l’aube était connu sous le nom de Phosphoros , le « porteur de lumière ». En latin, cette même planète était connue sous le nom de Lucifer , ce qui signifie également le « porteur de lumière ».

Le nom italien, Lucifero , signifie littéralement « porteur de lumière » (en italien: Portatore di luce ), car il est dérivé de l’équivalent latin lucifer , composé de lux (lumière) et ferre (à porter) – très similaire à la correspondance Phosphoros grec ( phos = « lumière », pherein = « porter »). Ainsi, l’un des noms de la planète, Vénus, en latin est Lucifer .

La mythologie regorge de variantes de noms, en particulier dans les cultures multilingues. 

Eosphoros était la personnification grecque de l’étoile du matin. Hesperos était la personnification grecque de l’étoile du soir. Eosphoros et Hesperos étaient à l’origine considérés comme deux divinités distinctes qui étaient frères, bien qu’ils soient tous deux liés à la planète Vénus en tant qu’Étoile du matin et de l’aube. 

À propos, l’étoile du soir était aussi connue dans la mythologie grecque classique sous le nom de Hesperos ; Hesperos était le fils de la déesse grecque de l’aube, Eos . Eos a été assimilé à la déesse romaine de l’aube, Aurora . 

À mesure que les Romains absorbaient de plus en plus d’aspects de la culture grecque, de la littérature grecque et de la mythologie grecque dans leur propre culture, plus ils absorbaient de noms grecs et les identifiaient avec des noms de divinités qu’ils possédaient tous. 

Pour récapituler la mythologie grecque impliquant l’Étoile du matin: La planète Vénus, en tant qu’étoile du matin, était appelée en grec Eosphoros ou Phosphoros . La planète, Vénus, comme « l’étoile du soir » s’appelait en grec Hesperos ou Vesper . Ce sont toutes des personnifications de la même planète, Vénus. 

Le nom romain, Lucifer , était apparemment un nom latin personnifiant une divinité masculine apportant la lumière. Il a peut-être été associé au soleil levant (l’aube) ou à l’étoile du matin (la planète Vénus) qui annonce l’aube. Ainsi, le Lucifer romain a été identifié avec l’ Eosphoros grec , ou Phosphoros, qui personnifiait l’apparition matinale de la planète, Vénus. 

La déesse Vénus n’est-elle pas la personnification de la planète, Vénus? 

Les Grecs ont finalement accepté la cosmologie babylonienne selon laquelle il y avait «sept corps célestes», Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter et Saturne, que les Babyloniens ont identifiés avec les sept Grands Dieux. Ces divinités babyloniennes, Sin, Nebo, Ishtar, Shammas, Nergal, Marduk et Ninib, régnaient sur les « sept corps célestes ». Ces « sept corps célestes » étaient cinq planètes de notre système solaire, plus la Lune et le Soleil.Les « sept corps célestes » sont tous des objets célestes visibles à l’oeil nu. 

Une fois que les Grecs ont accepté cette cosmologie babylonienne, ils ont dédié le « corps céleste » de la planète brillante, Vénus, à Aphrodite, la déesse grecque de la beauté et ont également consacré les six autres « corps célestes » à d’autres puissantes divinités grecques. Ainsi, dans la tradition grecque, les «sept corps célestes» étaient gouvernés par Séléné, Hermès, Aphrodite, Hélios, Ares, Zeus et Chronos . 

Dans la tradition romaine, les dirigeants des «sept corps célestes» étaient Luna, Mercure, Apollon / Hélius (Sol), Vénus, Mars, Jupiter, Saturne . Ainsi, les Romains ont renommé « les sept corps célestes » d’après leurs divinités romaines: Luna, Mercure, Sol, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne . 

La déesse romaine de la beauté et de l’amour, Vénus, règne sur le « corps céleste » de la belle et brillante planète, Vénus. Certaines personnes ont également considéré cette déesse romaine de la beauté comme l’une des personnifications les plus anciennes de la planète, Vénus, dans son aspect de reine des cieux.

Apparemment, le culte de Lucifero en tant que divinité était lié à la planète, Vénus – ou peut-être à la lumière physique en général. 

Néanmoins, il existait également des cultes dans l’ancienne religion romaine (en italien: Religione Romana ) consacrés à des divinités nommées Lucifere : Juno Lucia et Diana Luciferia . 

Diana Lucifera était également représentée sur de nombreuses pièces de monnaie romaines, certaines datant de la République romaine. Ces deux déesses étaient aussi connues sous le nom de « porteurs de lumière ».

Pièce romaine  Diana Lucifera (Wikipedia)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA