Ramakrishna Paramhansa et la mère Kali

Ramakrishna_image_cropped

Le premier mystique qui m’a convaincu, dans ma jeunesse, était Ramaskrishna. Il était un mystique extatique, et lire sa vie, à une époque m’a convaincu que l’on pouvait non pas croire, mais avoir l’expérience directe de l’absolu.

C’est quelques années plus tard, que j’ai pu vérifier par moi-même la réalité de l’existence de l’état dont il parlait avec passion, le nirvilkalpa samadhi.

Râmakrishna Paramahamsa, en bengali রামকৃষ্ণ পরমহংস de son vrai nom Gadâdhar Chattopâdhyâya (গদাধর চট্টোপাধ্যায় ), (18 février 1836 – Calcutta, 16 août 1886) est un mystique bengali « hindouiste ». Dévot de Kâlî, il professait que « toutes les religions sont des chemins qui mènent à Dieu, mais les chemins ne sont pas Dieu. ». Il était prêtre de Kali, et il devint obsédé par la déesse.

Il  plaçait la spiritualité au-dessus de toute religion. Il insista sur l’universalité de la voie de la bhakti (dévotion), ayant lui-même approché le christianisme et l’islam. Il est considéré comme « l’un des plus grands maîtres indiens de tous les temps » et serait un avatar de Vishnou (incarnation/ descente dans la matière de Dieu).

En réalité, Sri Aurobindo se situe dans la lignée de Ramakrisna. C’est ce que ne vous diront pas les organisations religieuses qui se prétendent issues de lui.

Lorsqu’il était en cage, prisonnier des anglais, Sri Aurobindo reçu la visite de l’esprit de Vivekananda. (Le disciple principal de Ramakrisna, qui était déjà décédé). Les lignées spirituelles ne suivent pas le schéma des gens de la surface, qui sont souvent des prétendants motivés par leur égo.

Je demande aux cherchants de vérifier mes dires et de ne pas me croire sur parole.

Mon propos ici n’est pas de chanter les louanges de tel ou tel mystique, mais d’introduire des notions sur les divinités réelles.

Sri Aurobindo a lui même effectué une ascèse en méditant sur Kali.
Kali est une divinité ancienne qui correspond à ce que l’on peut comprendre comme étant Dieu. Mais il s’agit d’un aspect actif de la divinité.
Dans l’Inde, les principes actifs et passifs portent des noms différents, shakti et shiva. Ce ne sont pas comme l’on croit souvent en occident, des principes de destruction de l’univers, mais des destructeurs de l’illusion et du mal.
Kali est surnommée, « terreur des démons ».

Elle représente la vie, qui crée et détruit les apparences.

Dieu en occident est bon, mais pour les Indiens, la vie est donneuse de l’existence aussi bien qu’elle la retire. C’est la raison pour laquelle la mère KALI vous béni d’une main, et vous coupe la tête de l’autre.

C’est une vision plus réaliste de la bonté de la mère divine. Elle ne vous laisse pas éternellement dans un état limité, mais elle détruit les limites dans lesquelles vous pourriez vous installer.
En réalité personne n’est jamais mort, seulement l’apparence, mais quand vous y croyez, vous vous y accrochez.

Mantra de base de Kali : OM KRIM KALI

Gayatri de KALI :

Om krim  Adyayai vidhmahe Paramesvaryai dhimahi Tanno Kali prachodayat

Invocation à la déesse primordiale, Kali, qu’elle nous donne l’illumination.

On peu détailler : om = invocation Adyayai = primordiale, se réfère à Adi Parashakti la force première suprême. Paramesvaryai : param signifie supême, svaryai vient d’Isvari, féminin d’Ishvara, qui signifie seigneur, donc déesse suprême.

Kali  est en fait  Parvati, qui vénérée seule est nommée Durga. Quand elle doit détruire une démon  nommé Raktabija. Ce démon se multiplie chaque fois qu’une goutte de  son sang touche le terre, aussi Kali boit le sang du démon et ses émanations pour les éliminer. Elle est alors intoxiquée par l’énergie démoniaque et en transe « pète les plombs », Shiva finit par arriver à la calmer.

Il faut remarquer, que bien que Shiva soit « le chef des dieux » , quand il y a un gros problème ,du genre les démons colonisent le monde des dieux, ou risquent de détruire la terre, il demande à Parvati de le régler. Elle est la fille du dieu de la montagne Himalaya, et ressemble dans le shinto à Kono Hana Sakuya Hime, déesse du mont Fuji et fille du dieu des montagnes, Oyama Tsumi.

Comme Parvati, elle ne se laisse pas dominer par le système patriarcal. On pense à cause de son nom aux fleurs de cerisiers, mais en réalité  c’est une puissante déesse du feu. raison pour laquelle on lui a demandé de contrôler les volcans , ce qui demande de contrôler les forces chthoniennes.

Kali Yantra :

Kali_Yantra

KALI est le prototype des divinités tantriques, d’origine des tribus dravidiennes. On retourne avec elle à la concience de l’énergie primordiale. Et à l’origine de la spiritualité humaine des plus anciennes traditions telles que celle des aborigènes d’Australie, qui ont beaucoup en commun avec les aborigènes de l’Inde ancienne, qui furent colonisés et dévalués par les conquérents Aryas. Qui étaient des tribus perses, contrairement à ce que racontent les mythes modernes « occidentaux « sur les soi disant « indo aryens ».

Les tribus des aryas existant toujours en Iran actuellement, l’ancienne Perse. Mais ceci est une autre histoire…

Pour Sri Aurobindo, KALI a un aspect suprême qu’il nomme Mahakali. Ce qui signifie grande, Kali dans le sens suprême.

C’est à dire qui dépasse le plan des manifestations individualisées. La Déité peut se manifester dans des niveaux plus bas, pour s’adapter au disciple. Et même lui apparaître dans le plan astral alors qu’elle provient du Divin.

Laisser un commentaire